La présidence de l’APSES a écrit à la DGESCO afin que soit reconnu l’apport des SES à l’éducation au développement durable.


Monsieur le Directeur général de l’enseignement scolaire,

La transition écologique et solidaire et l’éducation au développement durable (EDD) semblent être au cœur de cette nouvelle année scolaire.

Vous avez d’ailleurs publié, dans le Bulletin officiel du 29 août dernier, une circulaire pour une « Nouvelle phase de généralisation de l’éducation au développement durable – EDD 2030« .

En lien avec l’agenda 2030 des Nations Unies, l’enseignement de Sciences économiques et sociales (SES) permet d’éclairer les enjeux du développement durable liés à plusieurs des 17 objectifs fixés : travail décent et croissance économique, consommation et production responsables, pauvreté, égalité des genres, réduction des inégalités.

Avec une discipline scolaire au carrefour de ces enjeux, les professeur-e-s de SES s’impliquent depuis longtemps dans l’EDD au sein de leur établissement. De plus, ces enjeux du développement durable ont une place certaine dans les nouveaux programmes de SES, même si l’Association des professeurs de Sciences économiques et sociales (APSES) souhaite proposer une meilleure intégration et un traitement plus approfondi de ces questions. Nous identifions plusieurs chapitres en lien avec les objectifs de l’Agenda 2030 :

En Seconde, dans le chapitre « Comment crée-t-on des richesses et comment les mesure-t-on ? », les élèves devront « savoir que le PIB est un indicateur global qui ne rend pas compte des inégalités de revenus » et « connaître les principales limites écologiques de la croissance ». Toujours en seconde, les processus de socialisation en fonction du milieu social et du genre sont analysés dans le chapitre « Comment devenons-nous des acteurs sociaux ? ».

– En Première, dans le chapitre « Quelles sont les principales défaillances du marché ? » dans lequel les élèves devront « comprendre que le marché est défaillant en présence d’externalités et être capable de l’illustrer par un exemple (notamment celui de la pollution)» ; ils devront aussi « comprendre que le marché est défaillant en présence de biens communs et de biens collectifs ».

– En Terminale, un chapitre entier (« Quelle action publique pour l’environnement ? ») est dédié à cette thématique du développement durable ; (« Quelle action publique pour l’environnement ? ») et les thèmes d’autres chapitres sont liés aux objectifs de l’agenda 2030, à savoir « Quels sont les sources et les défis de la croissance économique ? » et « Quelles inégalités sont compatibles avec les différentes conceptions de la justice sociale ? ».

Par ailleurs, les élèves de Terminale ES s’interrogeront encore cette année sur les thèmes « Economie du développement durable » (« La croissance économique est-elle compatible avec la préservation de l’environnement ?) et « Justice sociale et inégalités » (« Comment les pouvoirs publics peuvent-ils contribuer à la justice sociale ? »).

Or, l’APSES fait le constat d’une absence des SES et des programmes de SES dans les communications du Ministère.

Afin de reconnaître et d’encourager l’implication des élèves et des personnels, pouvez-vous veiller à inclure les SES dans vos publications sur le thème de l’éducation au développement durable ?

En vous remerciant de l’attention que vous portez à ces sujets, veuillez agréer, Monsieur le Directeur, nos sincères salutations.

Solène Pichardie et Benoît Guyon, co-président-e-s de l’APSES

facebooktwittermail