Paris, le 18 décembre 2017

Mesdames et Messieurs les membres de la mission de réflexion sur l’avenir du baccalauréat,

l’APSES, après avoir pris connaissance des comptes-rendus que plusieurs acteurs de l’enseignement scolaire ont publiés suite aux rencontres qu’ils ont pu avoir avec vous, souhaitait pouvoir vous présenter une nouvelle contribution quant aux contours de la réforme du baccalauréat et du lycée qui se dessinent à ce jour.

Nous avons bien conscience que les propos rapportés peuvent parfois être incomplets ou imprécis, ou n’être que des pistes soumises à discussion, et c’est bien dans cet esprit de contribution aux réflexions en cours que vous voudrez bien lire les analyses et propositions qui suivent.

Afin de pouvoir continuer avec vous les échanges sur ces questions, et poursuivre les discussions que nous avions entamées mi-novembre, à un moment où les réflexions étaient encore peu avancées, nous sollicitons auprès de vous une seconde audience.

Dans l’attente de votre réponse, nous vous prions de croire, Mesdames et Messieurs, en l’expression de notre dévouement au service public d’Education nationale.

Erwan Le Nader, Président de l’APSES

 

Organisation du cycle terminal

Ce qu’il ressort de divers comptes-rendus d’audition :

Il serait mis fin aux séries, remplacées par un lycée modulaire. Les élèves suivraient des enseignements de tronc commun (pour 15H en première, et 10H en terminale) et des enseignements de spécialisation (pour 10H en première et 15H en terminale), dont deux disciplines « majeures » à choisir dans un menu de 9 combinaisons possibles (Maths/Physique-Chimie, Maths/Sciences de la Vie et de la Terre, Maths/Informatique, Maths/Sciences Economiques et sociales, Sciences de l’Ingénieur/Physique-Chimie, Lettres/Langues, Lettres/Arts, Sciences Economiques et sociales /Histoire-Géographie, Lettres/Philosophie), et deux disciplines mineures.

En première, chaque majeure pourrait avoir un volume horaire de 3H, et en terminale de 6H. On trouverait en tronc commun de première les Mathématiques, les Lettres, l’Histoire-Géographie, l’EPS et la LV1, tandis qu’on trouverait en terminale la Philosophie, l’Histoire-Géographie, l’EPS et la LV1. Il semblerait que les élèves aient par ailleurs une relative liberté de choix concernant les mineures.

L’analyse et les propositions de l’APSES :

  • En première comme en terminale, le volume horaire d’un élève serait donc limité à 25H par semaine, alors qu’il s’échelonne de 26h30 à 30H dans les séries générales actuelles. Si nous partageons l’objectif d’un égal volume horaire selon les séries, nous comprenons mal en quoi une baisse des heures d’enseignement serait à même d’élever le niveau de formation des élèves. Il nous semble donc indispensable de proposer a minima un volume horaire correspondant au volume horaire moyen des actuelles séries générales.
  • L’APSES est particulièrement attachée au principe des séries, qui permettent notamment de proposer des enseignements en complémentarité sur l’ensemble du cycle terminal. Si les mineures devaient être librement choisies par les élèves, cela serait très certainement source d’inégalités sociales entre ceux dont l’origine permettrait de réaliser un choix « d’initiés » et les autres, particulièrement dans un contexte où les universités vont localement établir des listes « d’attendus » qui ne pourront pas être décryptées par tout le monde. Pour l’APSES, les mineures proposées devraient dépendre des combinaisons de majeures choisies, celles-ci pouvant elles-mêmes être regroupées selon des « parcours» plus clairement identifiables.
  • Un éventuel volume horaire de 3H par semaine pour les majeures en première apparaît particulièrement faible pour les SES, discipline pluridisciplinaire absente du collège, mais discipline pivot au sein de la série ES, avec un volume horaire actuel de 5H par semaine. Les disciplines majeures appariées aux SES (HG et Maths) étant par ailleurs présentes dans le tronc commun de première, et cela depuis la classe de 6ème, il nous semble qu’il serait nécessaire d’opérer un rééquilibrage entre les volumes horaires de la majeure Maths ou HG et la majeure SES.
  • En l’absence d’informations précises sur les mineures que les élèves pourraient choisir, l’APSES propose qu’aussi bien en première qu’en terminale, une mineure SES d’approfondissement soit proposée pour les élèves ayant choisi une combinaison de majeures incluant les SES, ainsi qu’une mineure SES au programme différent pour les élèves ayant choisi d’autres combinaisons, de parcours plus littéraires ou scientifiques. Par ailleurs, il apparaît souhaitable que des élèves ayant choisi la combinaison SES/Maths puissent dans le même temps choisir une mineure d’approfondissement en mathématiques.
  • L’étude des 9 possibilités de combinaisons de majeures fait apparaître que 4 d’entre elles ont une coloration scientifique, 3 une coloration littéraire, et 2 seulement une coloration sciences humaines et sociales. Dans une optique d’égale dignité des parcours de formation, et au regard de la forte demande sociale de formation en sciences sociales (la série ES regroupant aujourd’hui un tiers des lycéens des séries générales), il nous semblerait souhaitable de proposer d’autres combinaisons incluant les SES, par exemple SES/langues, SES/philosophie ou SES/Lettres.

Organisation du Baccalauréat

Ce qu’il ressort de divers comptes-rendus d’audition :

Les épreuves terminales du baccalauréat seraient limitées à 4 en terminale, tandis que serait instauré un contrôle continu pour le reste. Parmi les épreuves terminales, les deux majeures seraient évaluées à la fin du premier semestre de terminale (permettant leur remontée dans ParcoursSup), tandis que deux autres épreuves « universelles » auraient lieu en juin :  l’une de philosophie et l’autre qui serait une épreuve type « grand oral », basé sur les deux disciplines majeures. Pour les majeures évaluées vers les vacances de Pâques, les cours dans ces deux disciplines continueraient jusqu’au conseil de classe fin juin. Il n’y aurait pas nécessairement d’heures dédiées dans les emplois du temps pour encadrer le projet de grand oral, mais les heures de majeures ayant lieu après les épreuves terminale des vacances de Pâques pourraient en partie servir à cet effet.

L’analyse et les propositions de l’APSES :

  • Comme nous vous l’avons précisé lors de notre audition, l’APSES est particulièrement attachée à des épreuves de baccalauréat terminales et anonymes et ne considère pas souhaitable l’élargissement de l’évaluation en contrôle continu qui se profile.
  • Le fait que les épreuves terminales écrites des majeures pourraient avoir lieu à la fin du premier semestre de terminale pose de nombreux problèmes: réduction importante du temps de préparation des élèves aux épreuves (particulièrement en SES puisqu’il s’agit d’une discipline pour l’essentiel nouvelle, et alors même que serait envisagée une réduction horaire de l’enseignement en première), difficulté à maintenir l’implication des élèves une fois l’épreuve terminale passée, difficulté à assurer des cours dans le même temps que devraient être corrigées les copies de baccalauréat.
  • Préparer un grand oral interdisciplinaire de 30 minutes est un exercice nouveau et a priori complexe pour les élèves. Il peut être source d’inégalités sociales. La réussite d’une telle épreuve ne peut être construite qu’en assurant un fort encadrement des élèves, sur le long terme et en co-intervention des professeurs dont les disciplines sont concernées. A cet égard, si cet oral devait être mis en place, il nous paraitrait tout à fait indispensable que des créneaux horaires spécifiques soient prévus dans les emplois du temps des élèves et des enseignants.

Organisation de la classe de seconde

Ce qu’il ressort de divers comptes-rendus d’audition :

Peu d’informations précises ressortent des divers comptes-rendus publiés jusqu’à présent. La classe de seconde ne serait pas bouleversée mais seulement aménagée. La mission proposerait cependant la suppression des actuels enseignements d’exploration, et la mise en place d’une semestrialisation, avec un premier semestre indifférencié, et un second semestre où les élèves pourraient se préparer aux choix qu’ils devraient effectuer à la fin de leur année.

L’analyse et les propositions de l’APSES :

  • Pour l’APSES, les SES doivent être intégrés aux enseignements du tronc commun de seconde dans des conditions revalorisées, comme le préconise le récent rapport du Conseil supérieur des programmes et du Conseil national éducation économie. Elles contribuent en effet fortement à la culture générale des élèves. Leur place dans le cycle terminal de la voie générale du lycée (discipline principale de la série ES, et discipline offerte deux fois en majeure dans le projet actuel) redouble cette nécessité.
facebooktwittergoogle_plusmail