« Où réduire le poids de la dépense publique ? » Tel est l’intitulé très orienté d’une « ressource pédagogique » pour élèves de première et terminale, mise en ligne par France Stratégie en partenariat avec l’Institut de l’Entreprise, le lobby patronal actif depuis des années pour promouvoir le libéralisme économique au sein même des programmes de sciences économiques et sociales (SES) au lycée.

En présentant les objectifs gouvernementaux de réduction de la dépense publique comme indiscutables, au lieu de poser la question « Faut-il réduire la dépense publique ?», France stratégie et l’Institut de l’Entreprise font œuvre d’idéologie, et non de pédagogie. Le tout avec l’aval et même la participation du Ministère de l’Éducation nationale !

L’APSES dénonce cette nouvelle tentative d’instrumentalisation et cette atteinte à la neutralité de l’École. Elle appelle à mettre fin à la convention de partenariat scandaleuse entre France Stratégie (organisme public de conseil au Premier Ministre), et le programme Enseignants-Entreprises de l’Institut de l’Entreprise. Cet organisme privé, dont la vocation est uniquement la promotion des entreprises, se voit charger, dans le cadre de cette convention, de « faciliter la diffusion des publications de France Stratégie » et même « coordonne ce travail pédagogique qui portera sur des mises en activité ».

Comment comprendre une telle délégation de pouvoir « pédagogique » alors que le Ministère de l’Éducation Nationale pourrait, seul, coordonner des équipes d’enseignant-e-s pour ce même travail ?

Il n’est pas acceptable que les personnels du service public soient affectés à des missions qui servent les intérêts d’un lobby privé.

Pour l’APSES, l’enseignement de SES doit contribuer à former les citoyen-ne-s autonomes dont nos sociétés démocratiques ont besoin à l’aide de savoirs scientifiques pluralistes et de l’apprentissage de l’esprit critique nécessaire à toute démarche intellectuelle. Ce dernier ne peut se constituer sans l’exposition des débats et de paradigmes contradictoires.

Contacts :

Benoît Guyon, co-président

Solène Pichardie, co-présidente

Camille Aymard, co-secrétaire générale

Sophie Loiseau, co-secrétaire générale

Igor Martinache, co-secrétaire général

facebooktwittermail