• Recherche de son député :

http://www2.assemblee-nationale.fr/recherche-localisee/formulaire

Sénateur :

http://www.senat.fr/senateurs/sencir.html

Sénateurs : https://www.senat.fr/senateurs/senatl.html (ordre alphabétique) ou https://www.senat.fr/senateurs/sencir.html (par département).

  • Modèle de lettre

Les professeurs de Sciences économiques et sociales de la ….ème circonscription de…département……………

Membres de l’APSES (Association des professeurs de SES)

à M…………………., Député / Sénateur

lieu et date

Objet: pour une réécriture des projets de programme de Sciences Economiques et Sociales

Monsieur Le Député / Sénateur (ou Madame La Députée / Sénatrice…)

En début d’année 2018, nous vous contactions pour vous faire part de l’inquiétude ressentie par les professeurs de Sciences Économiques et Sociales devant les modifications induites par la réforme du bac 2021 sur la structure du lycée général. Après la question des horaires et de la structure, c’est aujourd’hui le contenu de notre enseignement qui est attaqué.

Les projets de programmes de sciences économiques et sociales pour les classes de seconde et de première que le Conseil supérieur des programmes vient de publier remettent en cause l’identité des SES.

Structurés sur une séparation disciplinaire rigide, cloisonnant pour l’essentiel l’économie et les autres sciences sociales, ils interdisent de porter des regards pluridisciplinaires fructueux sur des thèmes comme le marché ou la monnaie.

Très peu problématisés, ils tendent à n’apporter que des réponses figées, niant la réalité des débats scientifiques et démocratiques, interdisant de saisir les grands enjeux qui traversent nos sociétés contemporaines, et empêchant de donner du sens aux apprentissages des élèves. En deux ans, avec ces projets, les élèves n’auraient ainsi que bien peu entendu parler des inégalités, du pouvoir d’achat, des hiérarchies entre groupes sociaux ou du chômage.

Non pluralistes, ils imposent de transmettre une seule grille de lecture des enjeux économiques et sociaux. La marginalisation de l’approche macroéconomique au profit d’une approche microéconomique prédominante entraîne en particulier un déséquilibre manifeste dans l’appréhension de questions de société, en reléguant par exemple la question des politiques monétaires ou budgétaires au rang d’accessoire.

Bien trop volumineux et souvent excessivement techniques, ils ne laissent pas le temps suffisant aux apprentissages et risquent d’induire des pratiques d’évaluation faisant moins appel à l’esprit critique des élèves, à leur capacité de réflexion et d’argumentation.

En l’état, ces projets de programmes se traduiraient par une dégradation de la formation intellectuelle et citoyenne des élèves. Ils ne sont pas acceptables, et doivent être largement revus. En cette période de vive inquiétude sur le devenir de notre discipline, sur la capacité de notre système scolaire à continuer de susciter l’esprit critique et d’éveiller les consciences citoyennes de nos élèves, nous vous sollicitons, au nom de l’APSES, pour que vous défendiez la spécificité des sciences économiques et sociales au sein de la Représentation Nationale. Nous espérons que ce bref argumentaire vous convaincra du bien-fondé de notre démarche, et que vous interviendrez, dès que l’opportunité se présentera, pour défendre notre cause.

Dans l’espoir que vous pourrez intervenir pour défendre nos intérêts qui sont avant tout ceux des élèves et de leur famille, veuillez accepter, Monsieur…….., l’expression de nos sentiments dévoués.

facebooktwittergoogle_plusmail