Paris, le 19 mai 2021

A 5 semaines de l’épreuve, plus de 80 % des professeur∙e∙s de Sciences économiques et sociales interrogé∙e∙s sont favorables à la suppression du Grand oral pour la session 2021.

Alors que le ministère s’entête à maintenir l’épreuve de Grand oral, symbole de sa réforme du lycée, les résultats du sondage initié par l’APSES sont sans appel : 80,3% des 807 professeur·e·s de SES interrogé∙e∙s souhaitent l’annulation de cette épreuve.

Parmi les répondant·e·s, 89,1 % considèrent que leurs élèves n’ont pas pu être correctement préparé·e·s pour cette épreuve.

Screenshot_2021-05-19 Sondage « flash » - Épreuve 2021 du Grand oral(3)

Screenshot_2021-05-19 Sondage « flash » - Épreuve 2021 du Grand oral(2)

Les récents « aménagements » de l’épreuve de Grand Oral annoncés par le Ministre ne règlent aucun des problèmes, conjoncturels et structurels, liés à cette épreuve :
• Aucun temps n’a été dédié, dans les grilles horaires du nouveau lycée, pour préparer cette épreuve.
• Les conditions de préparation n’ont pas été les mêmes pour l’ensemble des élèves en raison de l’enseignement hybride à géométrie variable selon les lycées, mis en place depuis novembre. Les dernières annonces du Ministre indiquent que les candidat.e.s ne seront interrogé.e.s que sur les chapitres traités pendant l’année. Or, depuis des mois les recommandations académiques lors des formations sur le Grand oral indiquent au contraire de concentrer les questions du jury sur le seul chapitre du sujet choisi par les candidat·e·s. En croyant alléger l’épreuve les annonces ministérielles aboutissent au final à l’alourdir, au détriment des élèves.
• Enfin, autoriser la présence d’une prise de notes réalisée pendant les 20 minutes de préparation et l’utilisation du tableau ne permettront pas de compenser les défauts structurels de cette épreuve imposée à marche forcée. La durée de l’épreuve, les critères d’évaluation demeurent inchangés et conduisent à évaluer des compétences oratoires qui sont inégalement distribuées et qui n’ont pas pu être correctement travaillées en classe.

Considérant la rupture manifeste d’égalité de préparation, et les contradictions dans les consignes données au cours de l’année aux enseignant·e·s comme aux élèves, la moins mauvaise des solutions, à ce stade, est d’annuler l’épreuve du Grand oral.

Faute d’avoir anticipé suffisamment, faute d’avoir écouté les nombreuses alertes de la communauté éducative, le ministère porte une lourde responsabilité en choisissant d’organiser ainsi une session de baccalauréat placée sous le sceau de l’inégalité et de l’arbitraire.

facebooktwittermail