Communiqué de presse de l’APSES

Le nombre de postes offerts au CAPES externe de Sciences économiques et sociales diminue de 25%, alors que la discipline ne connaît aucune difficulté de recrutement et mobilise déjà un nombre très élevé de contractuels. Une baisse drastique qui va à contresens du rapport du Conseil supérieur des programmes et du Conseil national éducation économie qui préconisait d’étendre l’enseignement des SES au lycée.

Paris, le 30 novembre 2017 :

L’APSES a pris connaissance avec stupéfaction de la chute du nombre de postes ouverts aux concours du CAPES externe (-25%) et de l’Agrégation externe (-19%) de sciences économiques et sociales. Une baisse plus forte encore que la moyenne des disciplines de l’enseignement secondaire, elles-mêmes durement touchées (-20%).

Les SES ne connaissent pourtant aucune difficulté de recrutement. Elles font partie des rares disciplines où tous les postes à ces concours sont pourvus, avec une sélectivité qui demeure très forte : seuls 15% des candidats présents au CAPES externe obtiennent le concours, avec des notes moyennes en constante augmentation ces dernières années. Pis, les SES sont depuis des années déjà en sous-effectifs, avec un recours aux collègues non-titulaires particulièrement élevé, concernant 7,3% des enseignants de l’enseignement public en SES en 2016 / 2017 contre 4,8% pour la moyenne des disciplines générales.

Dans un contexte d’essor démographique, tarir les recrutements ne peut que signifier une baisse de l’offre de formation en SES pour les élèves, dans le contexte de la réforme à venir du lycée. Une décision incompréhensible alors que les SES rencontrent un succès croissant de la seconde à la terminale et que la demande sociale pour la diffusion de la culture économique et sociale au plus grand nombre n’a jamais été aussi forte : le Ministre a-t-il pris connaissance du rapport du Conseil supérieur des programmes et du Conseil national éducation économie qui préconisait de généraliser les SES en seconde et de les étendre sous forme optionnelle au-delà de la seule série ES en première et terminale ?

L’APSES demande donc urgemment au Ministère un rétablissement du nombre de postes offerts aux concours de SES à la hauteur des besoins des élèves.

facebooktwittergoogle_plusmail