SES : L’Apses dénonce un « lobby » en oeuvre dans la rédaction des programmes

Ca recommence. C’est un peu ce que dit l’Apses, l’association des professeurs de SES qui réunit près de la moitié des professeurs de la discipline. Ultra représentative elle est aussi exclue du groupe de travail sur les programmes de SES comme cela avait déjà été le cas en 2010. « En sciences économiques et sociales (SES), les enseignant.e.s de lycée ne représentent qu’un quart des membres, et les femmes pas même un tiers. Parmi les 4 économistes, deux représentent l’Académie des sciences morales et politiques, dont la section économie est quasi exclusivement composée de représentants patronaux. Le nouvel enseignement « d’Histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques » apparaît quant à lui déséquilibré, avec une inspection de SES absente du groupe alors que celle d’Histoire-géographie est très représentée, et seulement deux enseignant.e.s de SES contre 5 pour l’histoire-géographie », écrit l’Apses. « L’APSES dénonce la représentation de l’Académie des sciences morales et politiques au sein du groupe d’élaboration des programmes. Les contenus d’enseignements ne doivent pas faire l’objet de manipulation partisane ». En 2017 l’Académie avait qualifié l’enseignement de SES de « néfaste ».

 

Communiqué

Sur la composition des groupes d’experts

L’Apses dans la rue

 

facebooktwittermail