Position de l’APSES sur les Projets Locaux d’Evaluation (PLE)

Qu’est-ce que le Projet Local d’Evaluation (PLE) ?

D’après le Guide de l’évaluation, le projet local d’évaluation doit présenter aux élèves et aux parents « de façon synthétique et lisible la politique d’évaluation adoptée dans l’établissement après présentation en conseil d’administration ».
Il s’agit donc d’appliquer l’arrêté du 27 juillet 2021 qui porte sur l’adaptation des modalités d’organisation du baccalauréat général et technologique à compter de la session 2022.
Cet arrêté précise que les enseignements du tronc commun du cycle terminal et la spécialité abandonnée en Première générale sont désormais évalués en contrôle continu pour le bac.
Souligné par nous :
L’arrêté précise : « L’organisation du contrôle continu fait l’objet d’un projet d’évaluation travaillé en conseil d’enseignement, validé en conseil pédagogique et présenté en conseil d’administration ».
D’après la note de service complémentaire publiée au BO du 29 juillet, chaque établissement doit conduire une réflexion, avec l’appui de l’Inspection pédagogique, pour définir ce projet. Il s’agit de fixer un « cadre réfléchi » et un « travail collégial » pour aboutir à la « définition de principes communs, garants de l’égalité entre les candidats, tout en conservant des marges d’autonomie indispensables pour respecter la progression pédagogique adaptée à chaque classe ou groupe d’élèves ».

En quoi concerne-t-il les SES ?

Le PLE s’applique aux évaluations du contrôle continu prises en compte pour le baccalauréat.
Pour les SES, il ne concerne donc pas les classes de Seconde, ni le niveau de Terminale, mais seulement la spécialité de Première, pour les élèves qui l’abandonneront en fin d’année.
Quant aux enseignements assurés par des collègues de SES, comme Droit et grands enjeux du monde contemporain (DGEMC) et l’Enseignement moral et civique (EMC), ils sont également évalués dans le cadre du contrôle continu.

Pour rappel, sur les 40 points de contrôle continu :
– la spécialité abandonnée en Première compte pour 8 coefficients
– l’EMC coefficient 2 (1 en première et 1 en terminale)
Les enseignements optionnels font partie de la notation du baccalauréat, mais sans bonus : leur coefficient s’ajoute au total : DGEMC sera appréciée à hauteur de 2 (les candidats auront leur baccalauréat noté sur la base de 102 coefficients).

Position de l’APSES sur les PLE

Après consultation du guide de l’évaluation, l’APSES constate que les SES sont la discipline pour laquelle le cadrage et les recommandations en matière d’évaluation sont parmi les plus précises. De plus, ces recommandations apparaissent comme complètement déconnectées de la réalité des classes et des lycées. Dans son communiqué de presse du 30 septembre 2021, l’APSES insiste également sur les dangers du renforcement du poids du contrôle continu au baccalauréat au détriment d’un examen national et anonyme, à la fois du point de vue de l’acquisition des connaissances et de la relation élèves/enseignant.e.s. L’APSES rappelle surtout que contrairement à une harmonisation sur un sujet commun d’un examen national, le PLE ne résout pas les problèmes d’inégalité de traitement liés au contrôle continu.

→ L’APSES rappelle que l’évaluation reste dans les prérogatives qui relèvent de la liberté pédagogique des enseignant.e.s : cette autonomie permet de mieux s’adapter à chaque élève, à chaque classe.

→ L’APSES rappelle que les deux textes réglementaires que sont l’arrêté du 27/07/2021 et la note de service du 29/07/2021, ne contraignent ni les enseignant.e.s de SES à appliquer les recommandations du Guide de l’évaluation ni à introduire dans le PLE de l’établissement les dispositions spécifiques aux SES qui s’y trouvent.

→ L’APSES appelle donc les enseignant.e.s de SES à ne rien se laisser imposer en matière d’évaluation et à ne pas introduire dans le PLE de dispositions précises concernant la spécialité SES (nombre et modalités d’évaluations, coefficients, notamment).

→ L’association met à disposition ses listes et son réseau pour permettre un partage d’expérience et une mutualisation des PLE.

facebooktwittermail