http://www.cafepedagogique.net/LEXPRESSO/Pages/2018/03/05032018Article636558305948608196.aspx

Réforme du lycée : Les SES rassemblent, l’Histoire-géo prépare, l’Upsti s’inquiète

La réforme du lycée continue de mobiliser les disciplines à quelques semaines des décisions ministérielles. La pétition de l’Apses approche des 15 000 signatures. Elle est soutenue par près de 200 chercheurs. De son coté l’APHG (histoire-géo) fixe les grandes lignes de nouveaux programmes. L’UPSTI (sciences de l’ingénieur) alarme sur la suppression d’une filière qui formait aux technologies numériques.

 

Avec près de 15 000 signatures en quelques jours, la pétition lancée par l’Apses, association des professeurs de SES, est un beau succès. Elle demande  » que les sciences économiques et sociales soient intégrées au tronc commun de la classe de seconde générale et technologique, pour un horaire de 3 heures par semaine, incluant des dédoublements définis nationalement ». La pétition est soutenue par d’autres associations disciplinaires comme l’APHG et l’APPEP. Elle bénéficie aussi de l’appui de plus de 200 chercheurs , notamment C Baudelot, S Beaud, L Chauvel, F Dubet, M Duru-Bellat, B Lahire, M Oberti, T Piketty, M Pinçon et M Pinçon-CHarlot, P Rayou et JY Rochex.

 

L’APHG s’attaque dès maintenant à la rédaction des nouveaux programmes du lycée. L’association des professeurs d’histoire-géographie souhaite globalement garder les programmes actuels en renforçant quelques aspects traditionnels.  Ainsi en géographie en seconde , l’APHG souhaite réduire les références au développement durable. En histoire en première,  » l’important est de revenir davantage à la chronologie ». En terminale la question de la mémoire des guerres passerait en enseignement de spécialité. L’APHG entre dans le détail de ce que pourraient être les nouveaux programmes.

 

L’UPSTI, association de professeurs des sciences de l’ingénieur, proteste vivement contre la réforme.  » La structure proposée par la réforme de Jean-Michel BLANQUER, n’est pas adaptée à la formation des ingénieurs et des techniciens dont la France a tant besoin », écrit l’Upsti. L’association demande trois enseignements de spécialité en terminale de façon à maintenir la trilogie sciences de l’ingénieur, physique et maths.

Par fjarraud , le lundi 05 mars 2018.

Pétition SES

APHG nouveaux programmes

Upsti

Réforme du lycée : le DOSSIER

facebooktwittermail