Article : https://www.mediapart.fr/journal/france/130318/pierre-mathiot-il-faut-assumer-la-complexite-de-cette-reforme-du-bac

Dans cet article, on trouve cette question sur les SES :

Mediapart : Les représentants des différentes disciplines, à l’instar des enseignants de sciences économiques et sociales (SES), se sont émus d’être relégués. Comment expliquez-vous cela ? Est-ce le cas selon vous ?

Pierre Mathiot : La filière ES, dont ils étaient les dépositaires, disparaît, ce qui peut justifier leurs inquiétudes. En plus, les SES sont une discipline relativement récente. Ceux qui l’enseignent peuvent donc se sentir faibles, attaqués et stigmatisés, notamment lorsqu’il s’agit de mettre en cause la manière d’enseigner l’économie. Moi, je suis bien placé pour savoir que ce sont d’excellents enseignants, recrutés selon des modalités extrêmement sélectives, parmi les plus sélectives d’ailleurs. Je me suis battu pour maintenir l’unité des sciences économiques et sociales en tant que discipline unique. Il y aura 4 heures de SES en première et 6 en terminale. Les professeurs seront aussi directement concernés par le nouvel enseignement « Histoire, géopolitique et science politique » et ils pourront aussi s’impliquer plus qu’aujourd’hui en « Droit et grands enjeux du monde contemporain ». Au total, je suis convaincu que le volume horaire de SES ou lié aux SES sera au moins équivalent à celui d’aujourd’hui.

facebooktwittermail