Le comité directeur de l’APSES, représentant l’ensemble des régionales de France, fait part de son vif désaccord face aux éléments de la réforme du lycée et du baccalauréat qui sont actuellement mis en œuvre à marche forcée, sans bilan des programmes existants. Les points suivants suscitent en particulier notre opposition :

  • Les projets de programme remettent fondamentalement en cause l’identité des Sciences économiques et sociales. Ils approfondissent le cloisonnement disciplinaire rigide instauré par la réforme de 2010, alors qu’il serait bien plus pertinent, pour la formation des futur.e.s citoyen.ne.s que sont les élèves, de structurer les programmes autour d’objets d’étude – comme le recommandait le CSP en juin dernier.
  • En tendant à n’apporter que des réponses figées, qui nient la réalité des débats scientifiques, ces projets interdisent de saisir les grands enjeux qui traversent nos sociétés contemporaines. D’une part, ils imposent de transmettre une seule grille de lecture des enjeux économiques et sociaux, au détriment du pluralisme. D’autre part, sans problématisation, et avec un contenu qui reste trop lourd, ils empêchent de donner du sens aux apprentissages des élèves.
  • Ces programmes risquent en outre d’induire des pratiques d’évaluation ne faisant pas appel à l’esprit critique des élèves, à leur capacité de réflexion et d’argumentation.

Le Comité directeur regrette que ces programmes aient été conçus en oubliant qu’ils sont destinés aux lycéens que nous accueillons dans nos classes. Les enseignants de SES ont une expertise pédagogique et disciplinaire qui n’a visiblement pas été suffisamment entendue.

Ces projets s’inscrivent dans une réforme plus globale, qui change les finalités et le sens du lycée et des poursuites d’étude, en abandonnant la visée émancipatrice de l’école. En l’état, ils ne sont pas acceptables. S’ils étaient maintenus, ils se heurteraient à un refus massif de la profession.

facebooktwittergoogle_plusmail