SES : Les épreuves du futur bac inquiètent l’Apses

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2019/03/12032019Article636879715257518604.aspx

 » Parce que ces nouvelles épreuves risquent aujourd’hui d’être publiées au journal officiel sans qu’aucune procédure de consultation des organisations représentatives n’ait été mise en place, l’APSES demande à être reçue au plus vite par le Ministère sur cette question », alerte l’Apses dans un communiqué publié le 11 mars. L’association des professeurs de SES s’inquiète de la future épreuve du baccalauréat concernant les élèves qui abandonneraient la spécialité SES en fin de première.

 

« La première partie de l’épreuve, notée sur 4 points, n’appelant qu’à une récitation de connaissances, perpétuerait les défauts de l’actuelle épreuve composée en incitant au bachotage au détriment de la liberté pédagogique et du développement de l’argumentation des élèves », note l’Apses. « La seconde partie de l’épreuve, notée sur 6 points, pourrait comporter « un exercice conduisant à une résolution chiffrée ou graphique », qui se bornerait à évaluer des compétences mathématiques des élèves (qui par ailleurs pourraient ne plus suivre cette discipline en première !) au détriment d’une analyse pluraliste de la réalité économique et sociale. La troisième partie de l’épreuve, notée sur 10 points, demandant un raisonnement appuyé sur un document texte et un document statistique, serait tout à fait pertinente si le sujet ne risquait pas de renouveler les défauts de l’actuelle épreuve composée en évinçant les libellés sous forme de débat, marquant là encore le peu de place accordé à l’argumentation et au pluralisme. » L’Apses souhaite des épreuves reposant sur « une argumentation problématisée s’appuyant sur l’analyse de documents et la mobilisation de connaissances et de savoir-faire. »

Communiqué et documents

Par fjarraud , le mardi 12 mars 2019.

 

facebooktwittergoogle_plusmail