L’Apses dénonce la soumission de l’Education nationale « aux lobbies privés »

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2020/03/09032020Article637193364516365893.aspx

 « Le Système concessif autoroutier, bien souvent décrié, est en réalité un outil puissant au service de la mobilité et de l’aménagement du territoire. L’exemple de la société Vinci permet d’analyser et d’approfondir le modèle économique de la concession. » Cette phrase tirée d’une étude de cas proposée sur le site Melchior fait bondir l’Apses, association des professeurs de SES. Ce site est « une émanation du Programme Enseignants-Entreprises, qui s’inscrit dans une convention de partenariat signée entre l’Institut de l’Entreprise et le ministère de l’Éducation nationale », souligne l’Apses. ET dans ses dirigeants on trouve Pierre Coppey, Directeur général délégué de Vinci chargé « définir l’orientation des actions menées en fonction des besoins ». Pour l’Apses, « sous couvert de proposer des activités pédagogiques à destination des lycéen.ne.s, le programme Enseignants-Entreprise se transforme en opération de communication au profit du groupe Vinci… L’Apses donne d’ailleurs un autre exemple au profit de Total, autre entreprise participant à Melchior. L’Apses « dénonce ces tentatives répétées d’influence des élèves de sciences économiques et sociales par des lobbies privés peu scrupuleux. L’association s’insurge contre le procédé consistant à promouvoir des supports pédagogiques introduisant des biais majeurs dans l’étude des phénomènes et empêchant de ce fait les élèves d’acquérir une connaissance scientifique de ces sujets, et ce, avec la caution de l’Éducation nationale. En effet, il est pour le moins étrange que le ministère de l’éducation noue un partenariat officiel avec un groupe de pression dont la fonction est de promouvoir les intérêts des grandes entreprises auprès du grand public et des pouvoirs publics. Un tel mélange des genres conduit à confondre l’intérêt des entreprises partenaires et l’intérêt général, comme l’attestent ces deux exemples. Il est incompatible avec le respect de la rigueur scientifique qui doit présider à la mise en œuvre des programmes. »

 

Communiqué

Melchior

 

Par fjarraud , le lundi 09 mars 2020.
facebooktwittermail