La réforme Blanquer des lycées ne propose aucun cadrage national des dédoublements par discipline.  La définition des enseignements bénéficiant de « groupes à effectif réduit » relève de l’échelon local.

L’APSES dénonce cet état de fait, qui contribue encore plus à creuser les inégalités entre établissements et empêche l’application de programmes véritablement nationaux. Dans leurs établissements, les enseignants de SES peuvent se trouver isolés ou parfois démunis. C’est pour cela que l’APSES diffuse un argumentaire visant à permettre aux collègues d’obtenir des groupes à effectif réduit nécessaires à leur enseignement de SES.

Cet argumentaire vise autant que faire se peut à réduire les inégalités entre lycées, un objectif que la réforme Blanquer et l’autonomie croissante des établissements mettent de plus en plus à mal.

Rappelons qu’à partir de la rentrée 2019, les SES reviennent dans le tronc commun des enseignements de seconde et font partie des sept spécialités courantes proposées aux élèves de la voie générale dans le cycle terminal.

Organisation et volumes horaires de la classe de seconde  (bulletin officiel du 19 juillet 2018)

« Article 1 – La classe de seconde est l’année qui conduit les élèves au cycle terminal des lycées d’enseignement général et technologique et des lycées d’enseignement général et technologique agricole menant au baccalauréat général ou technologique. Elle est conçue pour permettre aux élèves de consolider leur maîtrise du socle commun de connaissances, de compétences et de culture afin de réussir la transition du collège au lycée. Elle les prépare à déterminer leur choix d’un parcours au sein du cycle terminal jusqu’au baccalauréat général ou technologique dans l’objectif d’une poursuite d’études supérieures réussie et, au-delà, de leur insertion professionnelle. »

« Article 4 – Une enveloppe horaire de 12 heures par semaine et par division, qui peut, en fonction des spécificités pédagogiques de chaque établissement, être abondée par le recteur d’académie ou le vice-recteur, […] est laissée à la disposition des établissements.

L’utilisation de cette enveloppe est fixée par le conseil d’administration […] après consultation, respectivement, du conseil pédagogique ou des conseils compétents. Dans les établissements d’enseignement privés sous contrat, l’utilisation de cette enveloppe horaire est fixée par le chef d’établissement en concertation avec les professeurs.

Le projet de répartition des heures prévues pour la constitution des groupes à effectif réduit tient compte des activités impliquant l’utilisation des salles spécialement équipées et comportant un nombre limité de places. »

Des argumentations possibles pour l’obtention de groupes à effectif réduit en seconde

  • Les SES participent à la transmission de connaissances et d’une culture commune en sciences sociales. Dans le cadre de la scolarité obligatoire, les élèves ne disposeront que de cet enseignement pour aborder les questions économiques notamment, essentielles pour la culture économique des futurs citoyens ;
  • En tant qu’enseignement du tronc commun de seconde, les SES doivent avoir une place importante dans le parcours des élèves ;
  • SES est une spécialité majeure du cycle terminal, et présente dans de nombreux attendus du supérieur. Les élèves découvrant cette discipline au lycée, la qualité de l’enseignement en seconde leur permettra de faire des choix plus éclairés quant à la suite de leur parcours dans le cycle terminal et orientation dans le supérieur ;
  • Nécessité d’organiser des séances de travaux dirigés en demi-groupe pour initier les élèves aux méthodes propres aux sciences sociales. Ces méthodes sont pour l’essentiel nouvelles pour les élèves, qui découvrent cette discipline au lycée ;
  • Nécessité d’utiliser les TICE (réalisation d’enquêtes, recherche documentaire, utilisation de tableurs, etc…), ce qui n’est possible qu’en demi-groupe compte tenu du nombre de postes d’ordinateur disponible ; de pouvoir travailler au CDI pour des recherches documentaires ;
  • Nécessité de disposer de conditions satisfaisantes pour permettre aux élèves de décrypter les informations économiques et sociales, notamment statistiques (travail sur les sources et le mode de construction des données, sur la construction de l’information médiatique entre autres) ;
  • La multiplication de groupe-classe à 30/35 élèves dans les services peut comporter des risques psychosociaux pour les enseignants, et diminuer leur efficacité et leur capacité de suivi des élèves.

Organisation et volumes horaires des enseignements du cycle terminal (bulletin officiel du 19 juillet 2018)

« Article 1 – À l’issue de la classe de seconde générale et technologique des lycées d’enseignement général et technologique et des lycées d’enseignement général et technologique agricole, les élèves qui s’orientent dans la voie générale suivent un cycle d’études de deux ans pour la préparation d’un baccalauréat général. Ce cycle est composé de la classe de première et de la classe de terminale qui sont organisées en enseignements communs, en enseignements de spécialité et en enseignements optionnels, de manière à préparer progressivement les élèves à une spécialisation dans une perspective de poursuite d’études supérieures.  »

« Article 7 – Une enveloppe horaire de 8 heures par semaine et par division en classe de première et de 8 heures par semaine et par division en classe de terminale, qui, en fonction des spécificités pédagogiques de chaque établissement, être abondée par le recteur d’académie ou le vice-recteur, […] est laissée à la disposition des établissements.

L’utilisation de cette enveloppe est fixée par le conseil d’administration […] après consultation, respectivement, du conseil pédagogique ou des conseils compétents. Dans les établissements d’enseignement privés sous contrat, l’utilisation de cette enveloppe horaire est fixée par le chef d’établissement en concertation avec les professeurs.

Le projet de répartition des heures prévues pour la constitution des groupes à effectif réduit tient compte des activités impliquant l’utilisation des salles spécialement équipées et comportant un nombre limité de places. »

Des argumentations possibles pour l’obtention de groupes à effectifs réduit en première et terminale

  • Dans le parcours des élèves, les spécialités occupent une place prépondérante : outre leur prise en compte dans le contrôle continu, chaque spécialité compte pour 16% des coefficients du bac, et 26% si l’on inclut le Grand oral qui s’appuie sur l’une ou les deux spécialités choisies par les candidat.e.s Il paraît normal que des dédoublements soient prévus pour ces disciplines dominantes qui visent à spécialiser les élèves.
  • Nécessité d’organiser des séances de travaux dirigés en demi-groupe pour initier les élèves aux méthodes propres aux sciences sociales, ainsi qu’à la méthodologie des épreuves type bac. Ces méthodes sont pour l’essentiel nouvelles pour les élèves, qui n’ont bénéficié que d’un enseignement d’1H30 par semaine en seconde.
  • Nécessité d’utiliser les TICE (réalisation d’enquêtes, recherche documentaire, utilisation de tableurs, etc…), ce qui n’est possible qu’en demi-groupe compte tenu du nombre de postes d’ordinateurs disponible ; de pouvoir travailler au CDI pour des recherches documentaires.
  • Nécessité de disposer de conditions satisfaisantes pour permettre aux élèves de décrypter les informations économiques et sociales, notamment statistiques (travail sur les sources et le mode de construction des données, sur la construction de l’information médiatique entre autres).
facebooktwittermail