La réforme Chatel des lycées s’est traduite par la suppression d’un cadrage national des dédoublements par discipline.  La définition des enseignements bénéficiant de « groupes à effectif réduit » ou du contenu de l’accompagnement personnalisé relèvent maintenant de l’échelon local.

L’APSES dénonce cet état de fait, qui contribue encore plus à creuser les inégalités entre établissements et empêche l’application de programmes véritablement nationaux. Dans leurs établissements, les enseignants de SES peuvent se trouver isoler ou parfois démunis. C’est pour cela que l’APSES diffuse un argumentaire visant à permettre aux collègues  :

  • d’obtenir les dédoublements nécessaires à leur enseignement de SES,
  • d’intervenir dans le cadre de l’accompagnement personnalisé.

Cet argumentaire vise autant que faire ce peut à réduire les inégalités entre lycées, un objectif que l’autonomie croissante des établissements met de plus en plus à mal.

Ce que disent les textes

« Article 8 : Une enveloppe horaire est laissée à la disposition des établissements pour assurer des enseignements en groupes à effectif réduit. Son volume est arrêté par les recteurs d’académie sur une base par division de :
7 heures hebdomadaires en classe de première ES ; (…)
6 heures hebdomadaires en classe terminale ES ; (…)

Cette enveloppe peut être abondée en fonction des spécificités pédagogiques de chaque établissement. Son utilisation fait l’objet d’une consultation du conseil pédagogique. Le projet de répartition des heures prévues pour la constitution des groupes à effectif réduit tient compte des activités impliquant l’utilisation des salles spécialement équipées et comportant un nombre limité de places. »

Arrêté du 27 janvier 2010 relatif à l’organisation et aux horaires des enseignements du cycle terminal des lycées, sanctionnés par le baccalauréat général

Des argumentations possibles pour l’obtention de groupes à effectifs réduits en première et terminale

  • Les SES sont la matière dominante de la série ES. Elles ont donc droit aux dédoublements au même titre que les autres matières dominantes dans les autres séries.
  • Nécessité d’organiser des séances de travaux dirigés en demi-groupe pour initier les élèves aux méthodes propres aux sciences sociales. Ces méthodes sont pour l’essentiel nouvelles pour les élèves, qui n’ont bénéficié que d’un enseignement d’exploration d’1H30 par semaine en seconde
  • Nécessité d’utiliser les TICE (réalisation d’enquêtes, recherche documentaire, utilisation de tableurs, etc…), ce qui n’est possible qu’en demi-groupe compte tenu du nombre de postes d’ordinateur disponible ; de pouvoir travailler au CDI pour des recherches documentaires
  • Nécessité de disposer de conditions satisfaisantes pour permettre aux élèves de décrypter les informations économiques et sociales, notamment statistiques (travail sur les sources et le mode de construction des données, sur la construction de l’information médiatique entre autres)

Ce que disent les textes

« Article 4 : L’accompagnement personnalisé s’adresse à tous les élèves selon leurs besoins.
Il comprend des actions coordonnées de soutien, d’approfondissement, d’aide méthodologique et d’aide à l’orientation, pour favoriser la maîtrise progressive par l’élève de son parcours de formation et d’orientation. Il prend notamment la forme de travaux interdisciplinaires. En classe terminale, l’accompagnement personnalisé prend appui prioritairement sur les enseignements spécifiques de chaque série.

L’horaire de l’accompagnement personnalisé est de 72 heures annuelles ; il peut être utilisé sur la base de deux heures hebdomadaires.

L’accompagnement personnalisé est placé sous la responsabilité des professeurs, en particulier du professeur principal.

Conformément aux dispositions de l’article R. 421-41-4 du code de l’éducation susvisé, les modalités d’organisation de cet accompagnement personnalisé font l’objet de propositions du conseil pédagogique soumises à l’approbation du conseil d’administration par le chef d’établissement. »

Arrêté du 27 janvier 2010 relatif à l’organisation et aux horaires des enseignements du cycle terminal des lycées, sanctionnés par le baccalauréat général

Des argumentations possibles pour l’intervention des professeurs de SES dans l’accompagnement personnalisé en première et terminale

L’intervention des enseignants de SES dans le cadre de l’accompagnement personnalisé peut être justifiée dans le cadre :

  • du soutien disciplinaire : les SES étant la matière dominante de la série ES, mais absente des enseignements du collège, et du tronc commun de seconde, le soutien s’avère souvent nécessaire, en ce qui concerne les savoirs, méthodes et épreuves du baccalauréat de SES
  • de l’aide méthodologique : les professeurs de SES, parce qu’ils passent un temps conséquent avec les élèves de première ou terminale, détectent souvent d’éventuelles lacunes méthodologiques et sont à même d’y remédier. Il est d’ailleurs possible de réaliser un travail spécifique sur l’argumentation, la prise de notes, l’apprentissage des cours, en SES ou en lien avec les autres disciplines.
  • de travaux interdisciplinaires : outre d’éventuels travaux interdisciplinaires dans le cadre de l’argumentation, les SES peuvent être appariées de manière féconde avec d’autres disciplines, parmi lesquelles
    • les mathématiques, notamment pour lire et comprendre les informations statistiques, ou aborder la notion de modèle
    • le français, pour décrypter la presse et les media, ou étudier des œuvres littéraires où le regard de différentes sciences sociales peut être éclairant
    • l’histoire géographie, notamment pour aborder l’histoire économique, l’histoire de la protection sociale, de la mondialisation, le développement durable, etc…
    • les TPE : pour un enseignement nouveau donnant lieu à une évaluation très rapide pour les élèves en 1ère, un accompagnement peut s’avérer judicieux
    • les langues, notamment pour des aspects de « civilisation »
  • de la construction du parcours de formation et d’orientation de l’élève : notamment au titre de professeur principal, l’intervention du professeurs de SES donner lieu à des visites d’entreprises ou d’autres organisations, à l’intervention d’anciens élèves en classe, la visite d’établissements du supérieur.

Remarque : dans les établissements, les proviseurs pourraient ne pas donner de dédoublement aux SES en première au prétexte que les professeurs de SES interviendraient en accompagnement personnalisé (ou vice versa). Il faut donc  veiller à bien distinguer l’argumentaire pour obtenir des groupes à effectifs réduits de celui pour intervenir en accompagnement personnalisé, pour démontrer que les finalités n’y sont pas nécessairement les mêmes.

 

 

facebooktwittermail