« Face à l’urgence climatique, et à l’occasion de la COP 27, du 14 au 19 novembre, l’APSES a appelé les professeur⋅es de SES à mettre en œuvre, dans leurs classes, des activités permettant de mobiliser, de façon pluraliste, les sciences économiques et sociales au service d’une compréhension de la complexité des enjeux environnementaux. De la seconde à la terminale, les élèves ont pu convoquer la richesse des outils issus de différentes sciences sociales (économie et sociologie mais aussi science politique, anthropologie, démographie…) pour nourrir leurs connaissances, alimenter leur réflexion, et appréhender les interactions entre les structures économiques et sociales et l’environnement », écrit l’Apses, association des professeurs de SES, dans une lettre adressée le 18 novembre à Pap Ndiaye. L’Apses sollicite du ministre un écahnge sur cette question alors que le ministre a saisi le 28 septembre le Conseil supérieur des programmes d’une mission de « renforcement des apprentissages liés au développement durable ».

facebooktwittermail