La réforme du lycée dénature-t-elle l’enseignement des SES ?

« Associer les mathématiques et les SES ne sera plus obligatoire dans le nouveau lycée » soulignent l’Apmep, association des professeurs de maths, et l’Apses, celle des professeurs de SES. « Le projet de nouveau lycée du Ministre Jean-Michel Blanquer, en supprimant les séries ES, L et S, remet en cause cette complémentarité. Pour l’essentiel, les SES et les mathématiques héritent du statut de discipline de « spécialité », c’est-à-dire d’option à hauteur de 4H par semaine en classe de première et de 6H par semaine en classe de terminale. Dans ce nouveau cadre, il n’est prévu qu’une seule spécialité mathématique en classe de Première et de Terminale. Cette spécialité s’adressera donc à un public extrêmement varié et devra avoir, à coup sûr, un programme largement déconnecté des autres disciplines et recentré sur sa cohérence propre aux mathématiques… Il est pourtant essentiel que ces élèves puissent acquérir des connaissances mathématiques suffisantes pour être capables d’exercer leur esprit critique sur l’usage des statistiques et des démarches de modélisation en sciences sociales, et être capable de collecter et mettre en forme des données ou modéliser des situations par eux-mêmes. L’acquisition de ces connaissances et savoir-faire deviendra pourtant inatteignable pour les élèves qui ne choisiront pas conjointement les spécialités SES et Mathématiques ». Enjeu entre autres : la poursuite d’études post bac.

 

Communiqué

 

Par fjarraud , le mardi 29 mai 2018.
facebooktwittermail