Compte-rendu de l’audience au CSP sur les programmes de terminale en HGGSP, mercredi 20 avril 2018

Présents :

APHG, Clionautes, SNES, SGEN-CFDT, SE-UNSA, SNALC, APSES, CDP-SES

Associations du supérieur en histoire de l’antiquité, ancienne, médiévale.

IG d’HG co-pilotes : J. Grondeux, Florence Smits

Pour le CSP : Souad Ayada, David Bauduin

En introduction, S Ayada précise que les éléments du programme de terminale qui vont être présentés sont un travail en cours, loin d’être stabilisé, et que le CSP est à l’écoute des remarques qui seront faites. Ce projet de programme sera – lorsqu’il sera achevé – présenté au CSP, qui pourra ensuite éventuellement l’amender. Puis le texte sera ensuite soumis à consultation.

Les copilotes présentent l’état du projet de programme, organisé en 6 thèmes, sans qu’il ne faille y voir un ordre figé. Le groupe d’élaboration des projets de programme inclut deux collègues de SES, notamment avec pour objectif qu’il n’y ait pas de zone de recouvrement avec les programmes de SES : l’objectif est que les deux spécialités soient complémentaires et non redondantes. Alors qu’en tronc commun, le programme d’HG adopte une approche chronologico-thématique, le programme de spécialité permet une approche différente, avec plus de sauts chronologiques.

Comme en première, le programme n’est pas conçu pour être divisé en 4 disciplines, chacune avec 25 % par thème, mais l’objectif est d’avoir l’approche la plus pertinente par thème. On peut par exemple avoir une approche uniquement géopolitique sur un thème.

[remarque : aucun document ne nous ayant été distribué malgré nos demandes préalables, ce qui suit résulte d’une prise de notes qui peut être incomplète]

Thème 1 : Etats et inégalités dans le monde

Thème centré sur aspects historiques et spatiaux de ces inégalités. Ce qui n’exclut pas de parler du genre : par exemple par l’appropriation des espaces publics selon le genre. Comment les acteurs individuels et collectifs agissent contre ces inégalités.

OTC (objet de travail conclusif) : santé et inégalités dans le monde

Thème 2 : Liens, interdépendances dans le monde

Interdépendance accrue dans le monde, diaspora, conséquences géopolitiques de la financiarisation

OTC : le cyberespace

Thème 3 – Lieux des nouveaux enjeux de conquête et d’alliance et affirmation de puissances

Conquêtes de l’Espace, nouveaux acteurs de l’espace

Les océans

Enjeux de la mer et de l’espace dans les relations internationales

OTC : Chine et conquête de l’espace et des océans

Thème 4 : faire la guerre, faire la paix. Formes de conflictualités et de résolution

Intro : zones de guerre et tentatives de résolution dans le monde

Axe 1 : La guerre, dimension politique de la guerre. « La Guerre, continuation de la politique par d’autres moyens ». DE la guerre de 7 ans aux guerres Napoléoniennes

Les guerres irrégulières. Terrorisme et antiterrorisme, d’Al Qaida à Daesh

Axe 2 : Le défi de la construction de la paix.

Traités de Westphalie (1648)

Les actions collectives, multilatérales, l’ONU

OTC : Le Moyen Orient, conflits régionaux et tentatives de paix

Thème 5 : Les enjeux de mémoires face aux crimes et violences de masse, génocides

Juridictions internationales pour les prévenir

Les lieux de mémoires, les enjeux de reconnaissance

Surmonter les violences de masse : droits de la guerre, grands procès

OTC : mémoire de la Shoah et de ses enjeux

Thème 6 : Question environnementale

Conséquences du changement climatique

Accords internationaux

L’environnement en débat : Malthus et sa prospérité

Débat sur l’anthropocène. Fait-on partie de l’anthropocène ?

OTC : la pêche (ressources, gestion, lien avec le réchauffement, aspects géopolitiques)

 

Remarques et questions des organisations [non exhaustif]

Les Associations d’histoire du supérieur ont souvent regretté une vision très contemporaine de l’histoire dans ce projet et ont demandé une plus grande profondeur historique.

Le SNES a demandé si le CSP avait été destinataires des résultats de la consultation de la DGESCO sur les programmes de 1ère. S. Ayada a répondu que le CSP n’avait pas été destinataire des résultats de la consultation. L’IG d’HG a affirmé ne pas en avoir été destinataire non plus. L’APSES a dénoncé cette situation qui questionne l’intérêt d’avoir organisé une consultation dont les résultats semblent n’avoir été transmis à personne.

Le SNES a posé la question de la date des épreuves terminale en spécialité. S. Ayada dit avoir contacté le cabinet à ce sujet, qui lui a indiqué qu’elles auraient lieu après 27 ou 28 semaines de cours.

L’APSES a ensuite critiqué la structure même du programme, qui aurait dû être conçu avec un fléchage disciplinaire. Il en va de la qualification des enseignants, des relations entre collègues de SES et d’HG (avec malheureusement des tensions dans de nombreux établissements autour de cette spécialité). Il en va aussi de l’équité entre candidats au bac qui peuvent être évalués sur des parties de programmes qui selon les établissements peuvent avoir été enseignés soit par des professeurs d’HG, soit des professeurs de SES.

La dénonciation de spécialités partagées sans cadrage disciplinaire dans les programmes a fait consensus chez les différentes organisations à s’être exprimées.

Le CDP-SES a proposé un cadrage disciplinaire pour la terminale, en fléchant les thèmes 1 et 6 pour les enseignant.e.s de SES.

L’APHG a demandé que cette spécialité ne soit pas pluridisciplinaire et revienne uniquement aux enseignants d’HG.

S. Ayada et les co-pilotes du groupe ont expliqué qu’ils n’étaient pas décisionnaires sur ces points, et qu’ils avaient rédigé les programmes selon le cadre posé par la lettre de saisine du Ministère.

L’APSES a déploré le peu de dimension science politique dans le projet de programme présenté. J Grondeux a expliqué que le groupe avait dès le programme de première tranché pour que ce soit la dimension « relations internationales » de la science politique qui apparaisse dans les programmes, et donc que l’approche sociologie politique n’avait pas été retenue pour ne pas empiéter avec les programmes de SES.

A ce sujet, l’APSES fait remarquer qu’il faut justement éviter les chevauchements sur les questions du genre (thème 1) et de l’environnement (thème 6).

Le SNALC précise que la DGESCO a affirmé que les épreuves de cette spécialité seraient corrigées uniquement par les professeurs d’HG. Pour le SNALC, le projet de terminale comporte peu de choses opérationnalisables pour les enseignant.e.s de SES. Or, il faut que ce programme soit exploitable par les deux enseignants.

facebooktwittergoogle_plusmail