Du blog Les SES : mon Alter Eco, de Claude Garcia.

​Une des préoccupations des élèves de seconde et de leurs parents, avant même le printemps est de savoir quelles spécialités prendre en première. Il faut en retenir 3, chacune disposant d’un volume horaire de 4h (donc au total 12h). En terminale, 2 seront conservées, avec cette fois 6h d’enseignement.

Le choix n’est pas anodin, puisque les 2 spécialités de terminale auront droit à une épreuve terminale en mars (cette année repoussées en Mai, à cause de la pandémie) et un coefficient de 16. Les notes obtenues seront intégrées dans le dossier Parcoursup et plus largement, élèves et parents se demandent à juste titre, quelles sont les spécialités qui conviendront le mieux pour intégrer le supérieur, plus de deux ans plus tard.

Dans cette excellente vidéo, une professeure de SES, Elise Decosne qui enseigne à Arcachon, présente la spécialité SES et ce qu’elle peut apporter tout en évitant le racolage ou la pub caricaturale.
SES

Dans le même esprit, voyons à travers les questions suivantes, pourquoi retenir les SES peut être un très bon choix.

Quel est l’esprit des SES ?

Donner des clés aux élèves, citoyens en devenir, pour qu’ils comprennent mieux l’économie, la société, le système politique dans lesquels ils vivent. A l’heure des fake news ou infox, on leur propose une bonne cure de détox.

Quelles sont les principales questions abordées en première ?

Qu’est ce qu’une économie de marché ? Quelles sont les défaillances du marché ? Qui crée la monnaie et comment finance-t-on l’activité économique ? Pourquoi nous qualifie-t-on d’être sociaux ou socialisés ? Pourquoi devenons-nous parfois des déviants ? Comment se forme l’opinion publique ? Voter n’est-il qu’un acte individuel ? Les réseaux sociaux sont-ils nocifs? et bien d’autres questions….

Le coefficient va-t-il être pénalisant ?

6 h en terminale et le coefficient 16, c’est le cas de toutes les spécialités. D’autre part, ce n’est pas une spécialité nouvelle, les professeurs sont bien rodés et savent maîtriser la contrainte du programme. Ajoutons que l’éventail des thèmes abordés et des méthodes utilisées font que la spécialité SES laisse beaucoup de portes ouvertes, pour le supérieur.

Rappelons que désormais, la spécialité arrêtée en fin de première sera évaluée en contrôle continu et non pas par un épreuve finale prévue initialement; son coefficient sera 8, comme l’épreuve de philosophie en terminale.

Que m’apportera cet enseignement ?

Outre la diversité des supports à maîtriser, on veillera à ne pas se laisser abuser par les chiffres. On apprend à se méfier des propos relevant du Café du Commerce ou de la sociologie de comptoir. La participation orale des élèves à travers de nombreuses activités (débats, jeux de rôles, revue de presse, etc.) est une pratique privilégiée en SES, avant même l’apparition du Grand oral.

Les SES et la poursuite des études ?

Beaucoup de formations nécessitent des connaissances en économie, en sociologie ou en sciences politiques. Des élèves ayant suivi cet enseignement trouveront leur place dans les Instituts Sciences Po, dans les classes préparatoires aux grandes écoles (CGPE) et dans nombre de BUT (ex DUT), voire BTS et bien sûr à l’université, comme en témoigne ce schéma.
Formation avec SES

https://blogs.alternatives-economiques.fr/garcia/2022/02/16/pourquoi-choisir-la-specialite-ses-en-premiere

facebooktwittermail