Une histoire de l’APSES : La lutte tout au long de la vie

LA LUTTE TOUT AU LONG DE LA VIE...

JPEG - 32.4 ko
Le recueil des signataires de la pétition
12 janvier 2005 Photo prise à la bourse du travail à Paris. De gauche à droite : Antoine d’Autume, Michel Lallement, Edwige Corcia, Carole De Lepine, Michel Spinnewyn, Gisèle Jean.

Création des Sciences Economiques et Sociales à la rentrée 1967. Premier Bac B en 1969 Dépôt des statuts de l’APSES en février 1971.

- Si on voulait illustrer dans nos cours l’étude des conflits sociaux comme facteur de socialisation et de construction d’une identité, l’APSES et sa lutte permanente pour la vie et l’existence des SES pourraient être un bon exemple..(Gérard Grosse lors du tournage de « 30ans déjà...).

- Les Sciences Economiques et Sociales sont une discipline jeune (1967), toujours peu connue de nos dirigeants, relativement innovante au regard des disciplines universitaires traditionnelles, qui semble avoir tout au long de sa vie quelques difficultés chroniques à faire sa place dans le système scolaire et à vaincre des différentes réformes.

- Les ministres de l’Education Nationale changent, les réformes passent mais les projets restent dans les cartons et resurgissent à la moindre occasion... : quelques brefs rappels historiques :

- Après quelques années d’euphorie et de construction collective de programmes, de pratiques pédagogiques et d’une identité, les SES connaîtront les premières attaques avec :

La réforme Haby (1974-1975)

qui propose la suppression des filières au profit d’un enseignement organisé autour d’un tronc commun et des options : conflits de territoires avec les historiens géographes (10000 profs pour un millier en SES !) mis en exergue par la commission Fourastié (déc1975-avril1976). La première grande mobilisation de l’Apses porte ses fruits : les SES sortent renforcés de cette confrontation, le rapport de R.Chéramy du conseil économique et social considère la section B comme une réussite.

1979-1980 : la réforme Beullac

propose un projet de réforme des lycées visant à supprimer les filières au profit d’une seconde de détermination. Le rapport du recteur Bourdin sur l’enseignement de l’économie au collège et dans les sections B préconise le recentrage sur l’économie, l’entreprise, la gestion et d’aller vers la fusion des enseignements et des corps de SES et STE.

- C’est le grand mouvement de 1980 « nous nous battons pour un adjectif » (social) : grève de 2 jours, manifestation à Paris, rassemblement à la bourse du travail avec P.Bourdieu, J.Attali...une pétition signée par tous les intellectuels et ceux que l’on découvrira quelques mois plus tard au gouvernement et à l’Assemblée Nationale...Jamais une association de spécialistes, sous couverts de syndicats très présents, n’avait appelé à une grève nationale très suivie et avec autant d’écho à l’extérieur. Devant une telle ampleur le ministre nomme la commission Mercillon dans laquelle siègent le recteur Bourdin mais aussi Guy Palmade (doyen de l’IG), le directeur de la prévision, le président de l’Apses (Robert Jammes) : les conclusions s’opposent au rapport Bourdin. Des options SES sont créées dans les autres sections, l’IES fait son apparition dans le tronc commun.

Fin 1982 : de la réforme Chevènement à la réforme Monory

La direction des enseignements supérieurs et de la recherche veut établir une liste de pré requis pour accéder à l’enseignement supérieur. Deux groupes suivent les SES : celui des sciences sociales et celui des sciences économiques de gestion. La presse prend le relais : décembre 1982, un article virulent de l’Expansion contre les professeurs de SES.

Octobre1985-mars1986 : le projet de réforme Chevènement

prévoit dans un premier temps la suppression de la section B et le rattachement des SES à la filière scientifique (C4) et à la filière littéraire (A4).. Le projet est abandonné sous la pression de l’Apses, lorsqu’il apparaît clairement que la C4 serait réservée aux professeurs de STE, et des syndicats hostiles à la suppression d’une section qui a tant contribué à la démocratisation de l’enseignement. Le changement de gouvernement en 1986 enterrera le projet final qui consistait à diviser la section B en une B1 avec des SES orientées vers la sociologie, les sciences politiques et le droit, et une B2 où les SES à horaire réduit seraient complétées par un enseignement de STE.

- Le nouveau Ministre R.Monory propose l’IES en option de seconde et la suppression de la section B. Nouvelles actions de l’Apses ; le projet est retiré avec celui de la réforme Devaquet sur l’enseignement supérieur. La presse a largement relayé les projets ministériels : Le Monde de l’Education titre « Economie : les lycéens sont floués », la réponse de l’APSES est publiée in extenso par le Monde de l’Education.

1988 : Du rapport Malinvaud à la réforme Jospin

Le ton change : Phosphore titre en avril « jouez la section B et gagnez », l’Expansion en février 1989 « L’ économie au lycée, le niveau monte ». Début 1989, de nouveaux projets sont en débat. Le Ministre L.Jospin (signataire de la pétition de 1980 !) nomme (encore !) deux commissions différentes « sciences sociales » (présidée par M.Joutard) et « Sciences économiques » (présidée par M.Malinvaud). Le rapport positif de cette seconde confirme les objectifs, la nature et la place des SES au lycée.

- La réforme Jospin consacre la filière économique et sociales à coté des 2 autres. Elle entraîne toutefois la sortie des SES du tronc commun et son passage en option à 3h par semaine. Cette mesure, positive pour les collègues qui voient leurs conditions de travail améliorées en seconde, est négative pour la discipline qui reste la seule parmi les disciplines qui spécifient une filière à ne pas être enseignée à tous les élèves. La filière ES succède à la série B à la rentrée 1993 : premières classes de 1°ES (5h de SES et 1h de module)avec trois profils marqués par les options de Maths, SES, Langues vivante ; le couple LV2, SES est recommandé officiellement pour les choix d’options de seconde. 1995 : premier bac ES.

1993-1994 : La réforme Jospin-Lang mise en place par F.Bayrou

Disparition de l’option SES de 1°ES, refus d’une évaluation séparée de l’enseignement de spécialité au bac (épreuve unique avec coefficient 9), disparition des travaux dirigés en terminale ... Riposte de l’APSES : interpellations d’élus, pétition d’universitaires parue dans le monde, semaine d’actions en novembre 1993, grève nationale des professeurs de SES (avec le soutien du Snes et du Sgen) le 31 mars 1994 avec manifestation au Ministère et rassemblement (avec élèves et parents) à la Pyramide du Louvre. Les travaux dirigés sont rétablis un mois plus tard... L’option de 1°ES sera rétablie et mise en place à la rentrée 1996.

1997 : Arrivée de Claude Allègre et le rapport Meirieu

Les SES à nouveau sur la sellette : un rapport, qui propose de mettre fin aux 3 filières, est relayé par « les SES une pseudo science » (C.Allègre), « la création des SES en 1966 était une erreur génétique » (Boissinot, directeur des lycées) « il faut veiller à l’augmentation du taux de décision d’orientation vers les 1°S, STI, L...cette augmentation doit s’accompagner d’une baisse des orientations vers les filières STT et ES » (circulaire du recteur de Versailles, C.Forestier, aux chefs d’établissements). Le nombre de postes au CAPES chute, passant de 104 en 1997 à 55 en 1998(4 fois moins qu’en 95) Les médias relaient cette nouvelle attaque : l’Expansion février-mars 1998 titre : « ES : une filière dans l’impasse...au lycée, l’économie mène à tout sauf à l’économie »...

- L’APSES réagit : stage national en janvier 1998 avec Pierre Bourdieu et Olivier Favereau (le Monde et Libération sont là), pétitions des candidats au Capes et formateurs IUFM, d’élèves, de parents d’élèves, d’universitaires, réunions dans les lycées sur la filière ES et ses débouchés, campagne de cartes postales adressées à C.Allègre l’invitant à assister à des cours de SES, utilisation dans les modules de l’article de l’Expansion (exemple de travail sur documents..), interpellations d’élus, questions écrites de députés à C.Allègre, appel de C.Baudelot « pour la troisième culture » avec un colloque en mars 1998 à l’ENS (avec, entre autres, E.Malinvaud). Journée nationale d’action et de grève le 29 avril, jour du colloque Meirieu à Lyon, grève très massivement suivie ; la convention de Lyon (organisée par la régionale de Lyon et le bureau national), réunit plus de 300 collègues de toute la France et universitaires. Rassemblement le même jour des collègues de SES d’Ile de France à la bourse du travail à Paris, rejoints l’après midi par des universitaires franciliens. Interventions et pétitions à la sortie des épreuves de philo du bac ; une manifestation nationale à Paris le 24 juin 98 , appelée aussi par un encart dans le Monde, rassemble un millier de profs de SES ; rassemblements devant le Sénat et l’Assemblée Nationale les 1e et 7 juillet 1998 (présentation de la réforme des lycées par Allègre). Les médias nationaux et régionaux relaient les actions de l’APSES et des profs de SES : « la grosse colère des professeurs de lycée » (le Monde de l’économie juin 98) « les profs d’éco ne s’économisent pas » ; échos et interventions aussi sur France Inter (le téléphone sonne), France Culture (panorama), Europe 1 (rue des entrepreneurs), France Info, FR3 régions... La filière ES mais aussi les séries générales et technologiques au lycée sont maintenues...

1999-2000 : La réforme Allègre des lycées

Outre l’introduction de l’ECJS (donné prioritairement aux professeurs d’Histoire géo en seconde), les autres nouveautés de cette réforme ne profitent pas vraiment aux SES qui, de fait remettent en cause l’idée d’une 3e culture. La presse se déchaîne à nouveau : Après l’Expansion, Capital prend le relais « L’économie ça craint...programmes indigestes, profs mal formés, faible niveau des élèves choisissant cette filière... ». Vives réactions d’élèves, de collègues, de l’Inspection générale, Bruno Magliulo...Les dédoublements sont réduits en 2e, 1e et Terminale à 0,5h par semaine. L’Apses organise (en partenariat avec Alter éco) le 12 juin 1999 à la Sorbonne les Assises sur la troisième culture qui réunissent collègues de toute la France, universitaires, chercheurs, représentants syndicaux autour de 3 tables rondes (3e culture en question, les débouchés de la filière ES, les SES et la formation du citoyen). La préparation de ces assises a été l’occasion de la réalisation et de la production par l’APSES d’un film vidéo « Quand l’Ecole enseigne la Société », diffusé à plus de 400 exemplaires avec quelques échos médiatiques, entre autres, la chronique d’Emmanuel Davidenkoff sur France Info. Les revendications et actions de l’Apses se précisent pour le rétablissement des TD en 1e et Terminale et la présence des SES dans le tronc commun (2h+1h). Le comité Directeur des 15 et 16 janvier 2000 décide une grève et manifestation nationales le 24 mars 2000 ; l’unité syndicale se retrouve avec l’Apses. Le mouvement anti Allègre bat son plein à cette date... Jack Lang succède à Allègre : les SES sont à nouveau oubliées dans les nouvelles mesures ; les TD ne sont pas rétablis. La grogne monte, la préparation de l’Assemblée générale de Marseille conduit à de vives réactions de certaines AG de régionales qui proposent une action sur le bac. Le bureau national s’en fait l’écho...3 jours avant notre départ pour Marseille, le cabinet du Ministre sollicite une entrevue avec une délégation du bureau national...Nous apprendrons au cours de l’AG de Marseille que l’heure de TD est rétablie en 1e et Terminale...

2001- 2003

Les contenus des S.E.S sont en question : Le nouveau programme de Terminale , l’offensive du Medef et de l’IDE. Le programme de Terminale « est revisité » par un nouveau groupe d’experts. Certains ne verront pas de grands changements, d’autres, un plus grand nombre, y verront un nouveau signe de remise en cause des contenus et de la démarche des SES notamment dans sa démarche plurielle et pluridisciplinaire. Des actions et des pressions s’exercent au cours des 2 années d’élaboration de ce nouveau programme de terminale : interventions et délégations institutionnelles, action nationale du 21 mars 2003, appel des universitaires pour un enseignement de SES pluriel et ouvert sur le monde contemporain avec un encart dans le Monde.

- Dans le même temps, le Medef par l’intermédiaire de l’Institut de l’Entreprise contracte un partenariat avec l’Education Nationale pour parfaire la formation des professeurs de SES et développer « l’esprit d’entreprise » dans l’enseignement. Après les stages longs offerts à des professeurs de SES (choisis par l’Inspection), l’IDE organise avec le Ministère une université d’automne les 23 et 24 octobre 2003 au lycée Louis le Grand réunissant 200 professeurs de SES avec les patrons de grandes entreprises sur le thème « les entreprises dans la mondialisation ». L’APSES interpelle le Ministère et l’inspection, alerte la presse ; un grand nombre de ses responsables voient leur candidature rejetée des inscriptions aux entretiens de Louis le Grand. L’APSES organise, la veille, le 22 octobre 2003, une conférence de presse avec syndicats, FCPE, et la ligue de l’enseignement. L’ensemble de la presse relaie l’information.

- La promotion et la défense des SES et de leurs valeurs conduit l’APSES à exercer un lobbying et à organiser avec la ligue de l’enseignement un colloque sur l’enseignement des SES et la laïcité dans le cadre du salon de l’éducation le 22 novembre 2003. Elle participera à l’organisation des assises sur la culture économique et sociale au conseil économique et social les 1e et 2 avril 2004, ainsi qu’aux rencontres nationales sur l’enseignement de l’économie le 15 mai 2004. Le stage national de Janvier 2004 a été aussi l’occasion de réaffirmer l’intérêt des croisements disciplinaires et ainsi préparé les débats du stage de Lyon de mars.

2004 : le projet de loi d’orientation Fillon

C’est : les SES en option facultative en seconde, la marginalisation de fait de la série ES avec un recrutement tari, la suppression des dédoublements, une dénaturation de contenus de la série ES et des SES qui se poursuit avec l’introduction d’un enseignement de gestion et de droit ne relèvant pas d’un enseignement général..

L’histoire récente (2001 2005) restera à écrire...

Faudra t-il attendre ou espérer que les bacheliers B et ES soient aux commandes de l’Education Nationale et de l’Etat pour que les Sciences Economiques et Sociales obtiennent la reconnaissance et la légitimité qu’elles méritent ?...

- Pour visualiser ces différents épisodes, cf « 30 ans déjà... » vidéo réalisée par la régionale de Paris.

Apses.org | Association des Professeurs de Sciences Économiques et Sociales