articles de ce dossier
articles de la même rubrique

Nouvelles épreuves de bac en SES : Pétition pour un moratoire (Communiqué de presse de l’APSES du 3 février 2012)

Communiqué de presse de l’APSES du 3 février 2012

Nouvelles épreuves de bac en SES : Pétition pour un moratoire

Après la publication des programmes de terminale, en dépit d’un avis négatif du Conseil Supérieur de l’Éducation et de la demande de moratoire exprimée par l’APSES, le Ministère poursuit son passage en force en rendant publics, bien tardivement, les « sujets zéro » des nouvelles épreuves de baccalauréat en SES.

La toute nouvelle « épreuve composée » interdit explicitement les sujets appelant des débats. « Faut-il instaurer une TVA sociale ? » « La Banque centrale européenne doit-elle financer les dettes publiques ? », « Les classes moyennes sont-elles en train de s’appauvrir ? ». Autant de questions d’actualité, qui motivent les élèves dans leurs apprentissages et font l’objet de controverses scientifiques formatrices, mais prohibées pour des lycéens apparemment jugés trop jeunes pour réfléchir. Une dérive qui concerne également la dissertation, désormais centrée sur des sujets techniques et éloignés des enjeux de société contemporains.

L’introduction de questions de récitation de cours, déconnectées de tout problème économique ou social qu’elles permettraient de résoudre, va également à rebours de ce que l’on est en droit d’attendre du lycée du XXIème siècle. Cela ne peut que développer le bachotage et contraindre les enseignants à dispenser un cours « prêt-à-penser ». Est-ce ainsi que le Ministère envisage de former les lycéens au raisonnement argumenté, indispensable tant dans les études supérieures et le monde du travail que pour le plein exercice de sa citoyenneté ?

Ces nouvelles épreuves, coefficient 7 ou 9 au baccalauréat ES, n’ont fait l’objet d’aucune discussion avec les partenaires de l’Education (malgré des propositions précises adressées par l’APSES), ni d’aucun test auprès des élèves comme cela a toujours été le cas avant la mise en œuvre de nouvelles modalités d’évaluation au baccalauréat.

L’APSES appelle donc l’ensemble des enseignants de SES à signer la pétition demandant un moratoire sur l’application des nouvelles épreuves et la mise en place d’une véritable concertation. On ne réforme pas l’Ecole en le faisant sans, voire contre, les professeurs et les élèves.

Apses.org | Association des Professeurs de Sciences Économiques et Sociales