articles de ce dossier
articles de la même rubrique

Note de Terra Nova : Réforme du lycée, comment enseigner les sciences économiques et sociales ?

04/07/2011


A lire aussi sur le site de Terra Nova

Téléchargez la note complète au bas de cet article.

Par Simon Porcher, Vincent Levrault.

Parce qu’elles fournissent des clés pour comprendre les mécanismes économiques, financiers et sociaux dans un monde où ceux-ci sont déterminants, les sciences sociales sont un instrument privilégié de formation intellectuelle des élèves. La réforme du contenu de l’enseignement des sciences économiques et sociales (SES), imposée dans l’urgence par le gouvernement sans réelle concertation avec les professeurs ni amélioration des moyens mis en œuvre, fait débat depuis plusieurs mois. Le programme pour la Terminale a été récemment rejeté par le Conseil supérieur de l’éducation. Dans cette note, Simon Porcher et Vincent Levrault insistent sur la nécessité de remettre les sciences sociales au centre des programmes scolaires au lycée, en fusionnant les enseignements d’économie et en les intégrant dans le tronc commun en seconde, en envisageant un enseignement de sciences sociales en dehors de la série ES.

Synthèse

Dans le contexte actuel de crise économique, financière et sociale, les citoyens et les élèves sont plus que jamais demandeurs d’éléments d’explication et de compréhension des mécanismes économiques. Les sciences sociales – économie, sociologie et sciences politiques, notamment– apparaissent comme un instrument privilégié de formation intellectuelle des élèves, leur permettant d’acquérir des savoirs, des méthodes et des réflexes intellectuels essentiels pour se comporter en acteurs éclairés. Les programmes scolaires reflètent les objectifs et les attentes de chaque société vis-à-vis de l’école. Réformer un programme scolaire est dès lors un exercice périlleux visant à concilier ces objectifs.

Effective pour les classes de seconde depuis la rentrée dernière et mise en œuvre à compter de la rentrée 2012 pour les terminales, la réforme du contenu de l’enseignement des sciences économiques et sociales (SES) au lycée fait débat depuis plusieurs mois. La situation actuelle n’est pas satisfaisante s’agissant de la seconde et, plus globalement, dans la mesure où l’insuffisance de la concertation suivie par le gouvernement conduit à l’échec.

Le 5 février 2010, plusieurs universitaires ont lancé un appel pour que la place des SES soit renforcée mais aussi pour que leur caractère interdisciplinaire soit maintenu. Il souligne les incohérences entre un objectif – celui de renforcer la capacité des lycéens à comprendre leur environnement économique et social - et les moyens mis en œuvre (une réduction du nombre d’heures d’enseignement et la limitation des possibilités de travailler en classe avec des effectifs réduits). Dernier rebondissement en date, le conseil supérieur de l’éducation, consulté sur la réforme des programmes, vient d’émettre un avis négatif sur le projet de programme pour la terminale.

L’enjeu de cette note est de questionner les bonnes pratiques à mettre en place pour l’élaboration des programmes scolaires afin de les préserver des manipulations idéologiques et médiatiques au travers du prisme de la réforme des sciences économiques et sociales au lycée.

Dans cette perspective, il est souhaitable de redonner toute leur place aux SES. Dès la classe de seconde, les SES doivent donc quitter le domaine des enseignements dits « d’exploration » pour être réinsérées dans le tronc commun, avec un horaire revalorisé, comprenant des dédoublements de classe obligatoires. Plus globalement, l’enseignement de SES doit pouvoir être envisagé en dehors de la série ES, par exemple par un rapprochement avec l’enseignement d’éducation civique juridique et sociale (ECJS). Les enseignants dans ces matières doivent bénéficier de formations adaptées, par exemple sous la forme d’une conférence annuelle s’accompagnant d’ateliers de travail et de tables rondes de réflexion dans l’académie avec des chercheurs issus des différentes disciplines-mères des SES. Après le rejet de la proposition de l’administration par le Conseil supérieur de l’éducation, une nouvelle concertation doit être engagée.

Apses.org | Association des Professeurs de Sciences Économiques et Sociales