Rapport d’activité 2004-2005

RAPPORT D’ACTIVITE 2004-2005

Le bilan de l’activité de l’APSES doit être apprécié au regard des mandats votés lors de l’AG de Nice et surtout des actions que la loi Fillon nous a contraint de mener. Aussi, nous tirons ce bilan au vu d’axes importants :
- l’action de l’APSES quant à la place des SES dans le système éducatif et plus particulièrement en seconde,
- l’audience de l’APSES tant chez les professeurs de SES qu’à l’intérieur et à l’extérieur du système éducatif.

I- La place des SES dans le système éducatif et l’action de l’APSES

Cette question était au centre de l’orientation définie à Nice, notamment à travers la priorité donnée à la classe de seconde et à la revendication d’un enseignement de SES pour tous les élèves de seconde. Elle a également été au centre des préoccupations de l’APSES et de la mobilisation des professeurs de SES contre la loi Fillon et les menaces qu’elle générait pour les SES.

1/ Les SES dans le tronc commun de seconde : conformément à la décision de l’AG de Nice, un argumentaire, notamment axé sur l’orientation en fin de seconde, a été rédigé et publié dans Apses-Info.

2/ Pédagogie et action au cœur des objectifs du stage national des 18 et 19 novembre 2004 : Donner la priorité à la seconde a permis aux participants d’échanger des pratiques pédagogiques et de réaffirmer le caractère pluridisciplinaire de notre enseignement sur les thèmes de la famille et du travail. La présence de Claude Thélot et le débat engagé sur son rapport participaient à l’action de l’APSES pour promouvoir les SES et revendiquer leur présence dans le tronc commun des enseignements de seconde.

3/ La loi Fillon et l’action de l’APSES : Dès les premières publications du projet de loi Fillon, le bureau national a pressenti les graves menaces que cette loi faisait peser sur les SES en seconde et sur la série ES. Non seulement il n’était plus question d’envisager des SES pour tous en seconde, mais le projet menaçait de faire disparaître de fait l’enseignement des SES en seconde en le mettant en concurrence avec la LV2, tout en modifiant les contenus de notre enseignement et de la série ES (suppression des dédoublements et introduction d’un enseignement de gestion et de droit). Dès le mois de novembre, l’APSES a pris contact avec Patrick Gérard, Directeur de la Desco, le cabinet de François Fillon et Michel Roger, conseiller pour l’éducation auprès du Premier Ministre. Ces rendez-vous ont très vite fait apparaître la nécessité d’engager l’association dans une action d’envergure contre le projet de loi Fillon.

Le Bureau national a alors lancé la pétition pour soutenir les SES et la série ES ainsi qu’une action en direction des parlementaires. Il a décidé, après consultation du CD, une action nationale avec grève le 12 janvier, jour de la présentation du projet de loi en conseil des Ministres. Les professeurs de SES et l’APSES ont fait la démonstration de leur capacité de réaction et de mobilisation au service des SES : la pétition a recueilli plus de 30000 signatures de toutes académies, de tous horizons (professeurs de SES, parents d’élèves, élèves, universitaires, chercheurs…), l’action du 12 janvier a rassemblé à Paris plus de 700 manifestants et les Etats Généraux des SES ont reçu le soutien d’universitaires de renom, de syndicats, de la ligue de l’enseignement…(cf Apses-info n°46-47). Le relais médiatique a été considérable tant au niveau de la presse nationale que locale, de la presse écrite, de la TV et des radios. L’APSES a aussi pris toute sa place dans les grèves et manifestations intersyndicales du 20 janvier et des suivantes. Le succès de notre mobilisation a conduit le Ministre de l’Education à recevoir des représentants de l’APSES (une première dans l’histoire de l’APSES !) et à reculer en intégrant la LV2 dans le tronc commun de la classe de seconde, maintenant une sorte de statu-quo pour les SES qui demeurent une option de détermination. Par ailleurs, le rapport annexé à la loi prévoyant de “ réexaminer les dédoublements au regard de leur intérêt pédagogique ” et les propos tenus par F. Fillon lors du débat parlementaire sur la loi d’orientation laissent présager la disparition des TD. Dans l’intention de valoriser notre enseignement et de démontrer l’intérêt pédagogique du travail en groupes restreints, l’APSES a constitué un recueil de séquences de TD remis aux différents interlocuteurs.

En évitant un recul catastrophique pour l’avenir de la série ES, nous avons préservé l’essentiel mais nous sommes loin de notre objectif de la présence des SES dans le tronc commun de seconde et du maintien de la spécificité de notre enseignement. D’autres actions restent à mener pour la sauvegarde des dédoublements en SES et pour atteindre les différents objectifs que nous nous sommes fixés.

II- La représentativité et l’image de l’APSES.

L’action menée cette année a largement contribué à augmenter la représentativité de l’APSES tant au niveau des professeurs de SES qu’au niveau des institutionnels et de nos partenaires.

1/- L’APSES devient un interlocuteur et un partenaire reconnus. Ces deux dernières années, outre la promotion des SES à l’intérieur du système éducatif, l’orientation de l’APSES visait à diffuser la démarche des Sciences Sociales à l’extérieur des lycées. Ainsi les cafés sciences sociales, l’implication de l’APSES dans des initiatives locales et nationales avec divers partenaires (colloque avec la ligue de l’enseignement au salon de l’éducation en nov 2003, colloque sur l’enseignement de l’économie 2003 et 2004, assises pour la culture économique et sociale au conseil économique et social en avril 2004, participation à différentes initiatives...) ont contribué à favoriser un certain “ lobbying ”et à accroître l’audience de l’APSES :

- auprès des acteurs institutionnels : Les multiples contacts avec les syndicats et différentes associations (parents d’élèves, ligue de l’enseignement) ont conduit à des soutiens et actions communes et à faire de l’APSES un interlocuteur représentatif des professeurs de SES. Le soutien des nombreux universitaires (signature de la pétition, participation aux différentes initiatives de l’APSES - stages, universités, assises...-, prises de position de l’Association Française de Sciences Economiques et de l’Association Française de Sociologie) témoigne de la reconnaissance de notre enseignement et du bien fondé de l’action de l’association pour la défense et la promotion des SES. L’action en direction des parlementaires a conduit à des interventions écrites et orales avant et pendant le débat parlementaire. L’APSES a ainsi été contactée et auditionnée par la commission des affaires culturelles du Sénat le 9 février 2005. Les médias ont relayé notre action : les appels successifs de journaux, radios, TV pour connaître les positions de l’APSES ou les contenus de notre enseignement, témoignent de la place et de la représentativité de l’association.

- dans le cadre de différentes initiatives publiques : Les assises des Sciences Economiques et Sociales organisées le 12 mars 2005, sur le thème “ un enseignement au service d’une ambition démocratique ” ont constitué un temps fort de notre action. Avec le soutien des syndicats enseignants, de la ligue de l’enseignement, d’Alternatives économiques et d’associations lycéennes, elles ont permis une rencontre de plus d’une centaine de participants, professeurs de SES, universitaires, acteurs économiques, sociaux et politiques de renom, tous mobilisés pour la défense des SES dont l’utilité sociale a été réaffirmée.

Dans le prolongement de notre action et du soutien obtenu auprès des universitaires économistes, l’AFSE a proposé à l’APSES de participer le 23 mars 2005 à une table ronde sur l’enseignement économique réunissant A. D’Autume, JL. Gaffard, PA. Muet, Pascal Combemale et Sylvain David pour l’APSES. Ce débat constitue une étape importante pour le rapprochement entre l’enseignement secondaire de SES et l’enseignement supérieur de sciences économiques et pour une visibilité accrue de notre discipline. Les participants à cette table ronde ont ainsi souhaité poursuivre les échanges.

Le 21 janvier, l’APSES a participé aux rencontres, organisées par l’inspection et la Desco, entre les professeurs de SES et le Conseil Economique et Social ; (l’intervention de l’APSES s’est inscrite dans le cadre de notre action).

2/ La représentativité et la vie de l’APSES. Le rapport d’orientation s’était fixé trois objectifs : accroître l’audience de l’APSES et relancer les adhésions, favoriser une réflexion et un travail collectifs sur notre conception de l’enseignement de SES dans une volonté de mutualiser nos pratiques et faire vivre l’association en développant ses moyens d’échange et de communication.

- Si la question de l’allègement des programmes n’a pu être prise en charge compte tenu des actions menées, d’autres dossiers ont aussi été gérés cette année : le dossier bac, un argumentaire sur la formation continue (cf. Apses-Info). Des stages académiques ou inter-académiques organisés par l’APSES favorisent réflexion collective, mutualisation des pratiques pédagogiques (pour exemple, Rennes, Strasbourg-Besançon -Nancy Metz, etc.).

- L’action menée depuis décembre a permis à un grand nombre de collègues de découvrir ou de retrouver l’APSES. Comme le montre le rapport financier, le nombre d’adhérents a augmenté de 47%, même s’il n’atteint pas celui du mouvement de 2000. Si cette remontée est inégale selon les régionales et si l’action a plus profité à certaines (Amiens, Grenoble, Paris…), elle a le mérite de faire revivre certaines régionales en voie de disparition ces dernières années et de laisser présager d’une vie associative plus intense. On peut regretter que l’enquête sur les professeurs de SES, décidée à Nice, n’ait pu être menée cette année du fait d’une part, de problèmes de disponibilité à la rentrée de septembre de la sociologue chargée de cette enquête et d’autre part, de l’importante activité du bureau national et des priorités qu’il a du gérer. Cet objectif reste cependant d’actualité.

- Apses-Info a vu son contenu enrichi et peut encore être amélioré ! La lettre de l’Apses a pu privilégier des actions immédiates et une information en temps presque réel …Les listes de diffusion ont permis l’information et l’organisation de l’action des adhérents.

- Grâce aux compétences et à l’efficacité de Laurent Bruneau, le nouveau site de l’APSES a été un facteur déterminant de la réussite de notre mobilisation et de notre action en favorisant notre réactivité, la circulation de l’information, les échanges et contacts et en permettant une visibilité accrue de l’APSES.

L’activité de l’APSES, intense cette année, a permis une fois encore de faire la démonstration de la détermination et de la capacité de mobilisation des profs de SES, de la représentativité de leur association et de sa capacité à fédérer au service des SES et de la défense de leur identité.

Le bureau national de L’APSES

Apses.org | Association des Professeurs de Sciences Économiques et Sociales