articles de ce dossier
articles de la même rubrique

Lettre de l’APSES aux proviseurs à propos des répartitions de service et évaluation de l’enseignement d’exploration SES en seconde

Strasbourg, le 22 juin 2011

A l’attention de Inspection générale et IPR de SES Recteurs d’académie Proviseurs de lycée

Objet : répartitions de service et évaluation de l’enseignement d’exploration SES en seconde

Madame, Monsieur,

En préparation de la rentrée 2011, l’APSES souhaite attirer votre attention sur les 2 points suivants.

1. Répartition de service des professeurs de SES

Depuis l’an passé, tous les élèves doivent suivre un enseignement d’exploration de PFEG ou de SES, dont l’horaire a été fortement réduit, passant de 2h30 hebdomadaires à 1h30. Les enseignants de SES ont donc connu une très forte augmentation du nombre de groupes suivis en seconde. Cela est particulièrement vrai pour les TZR, néo-titulaires, stagiaires et enseignants vacataires, surtout s’ils sont affectés sur plusieurs établissements.

L’APSES estime que, dans l’intérêt des enseignants mais aussi des élèves (car l’efficacité d’un enseignant qui est amené à répéter une dizaine de fois dans la semaine le même cours est très réduite), il est indispensable que la répartition des services entre les enseignants d’un établissement soit réalisée sous le signe de l’équité. Elle vous demande donc d’être vigilants et de tout mettre en oeuvre pour qu’aucun service de professeur de SES ne soit composé principalement ou exclusivement de classes de seconde. Les enseignements du cycle terminal doivent être répartis équitablement : tout enseignant doit, dans la mesure du possible, avoir dans son service au moins une classe de première ou de terminale, et tout service exclusivement formé par d’autres enseignements (seconde, ECJS, TPE…) doit être proscrit.

Si des ajustements ne sont pas obtenus localement, l’APSES demande à ses adhérents d’informer les IPR de ces dysfonctionnements pour qu’ils puissent éventuellement intervenir.

2. Evaluation des SES en classe de seconde

Par ailleurs, il apparaît que dans de nombreux établissements, certaines modalités d’évaluation de l’enseignement d’exploration SES en seconde ont été imposées par les chefs d’établissement ou le conseil pédagogique aux enseignants contre leur volonté : interdiction de pratiquer une évaluation chiffrée, coefficient 0 appliqué à la discipline voire absence du bulletin scolaire. L’APSES rappelle que ces pratiques sont contraires aux dispositions réglementaires, puisque l’encart au Bulletin officiel spécial n° 4 du 29 avril 2010 relatif aux enseignements d’exploration précise : « Une évaluation est nécessaire pour permettre aux élèves de prendre conscience des compétences acquises et des progrès accomplis dans les domaines explorés. Spécifique à chaque enseignement d’exploration, l’évaluation aide les élèves à affiner leur projet d’orientation de façon éclairée mais ne constitue en aucun cas un critère ou un pré-requis pour accéder à telle ou telle série. » et qu’il stipule que « le conseil pédagogique favorisera la coordination des enseignements d’exploration, notamment en ce qui concerne l’évaluation et la notation des activités des élèves ». « Favoriser la coordination » signifie bien que le Conseil pédagogique est un organe consultatif de réflexion qui ne saurait imposer des normes. D’autant que par ailleurs, le Ministre de l’Education Nationale Luc Chatel a déclaré dans une interview accordée au quotidien Les Echos du 25/03/2010 : "Pour l’évaluation, il pourra y avoir des notes dans les enseignements d’économie, dits exploratoires."

Persuadés que vous saurez trouver les moyens pour éviter ces situations qui peuvent nuire gravement à la qualité de notre enseignement, nous vous prions d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de notre considération.

Marjorie Galy, présidente de l’APSES

Apses.org | Association des Professeurs de Sciences Économiques et Sociales