articles de ce dossier
articles de la même rubrique

Commentaire de Bertrand Geay sur le projet de programme de SES de terminale

11 avril 2011


Bertrand Geay, Sociologue de l’éducation, professeur à l’Université de Picardie (CURAPP-CNRS) Page professionnelle

Je trouve particulièrement consternant que le projet de programme de SES aborde un si grand nombre de notions en brisant les continuités thématiques et les formes de problématisation qui ont fait la force de cette discipline. On se demande comment dans ces conditions les sciences économiques et sociales demeureront encore enseignables. On devine pourquoi un tel parti pris est adopté. Construire les programmes sur un mode plus encyclopédique et plus étroitement « disciplinaire » était sans doute la condition pour éliminer quelques notions jugées dérangeantes, telles que celles de capital culturel, de reproduction sociale ou d’exploitation, au profit d’approches parfois excessivement techniques (comme dans le cas de la mesure de la mobilité) et parfois excessivement théoriques (comme dans celui de la conceptualisation de la justice sociale). Il faudrait donc, dans la perspective de ce projet de programme, passer en revue toute une série de questions en ne parvenant que rarement à développer des liens entre domaines de connaissances, ou entre questionnements et outillages méthodologiques. Pour s’en tenir à un exemple, la question des inégalités devrait par exemple, comme ce fut le cas dans le passé, être abordée à partir de points de vue économiques et sociologiques, et mobiliser une série de notions et de techniques complémentaires. En faisant disparaître ce type de rapprochement, on se prive de précieux outils didactiques en même temps que d’une cohérence d’ensemble du programme. Dès lors, on risque de condamner les professeurs à reprendre sans fin une liste de notions dont ni l’efficacité scientifique ni la signification sociale ne seront très faciles à faire saisir aux élèves.

Apses.org | Association des Professeurs de Sciences Économiques et Sociales