Question écrite du député-maire de cachan M. Jean-Yves LE BOUILLONNEC

Question écrite de M. Jean-Yves Le Bouillonnec à Monsieur le Ministre de l’Education nationale sur l’avenir des Sciences Economiques et Sociales M. Jean-Yves Le Bouillonnec attire l’attention de M. le Ministre de l’Education Nationale sur l’inquiétude exprimée par les enseignants de sciences économiques et sociales (SES) à propos de la réforme du lycée. Instauré en 1966, l’enseignement de SES a pour objectif de faire comprendre aux élèves les enjeux du monde qui les entoure. Il participe ainsi à la construction intellectuelle des jeunes citoyens, ce qui justifie son intégration à l’ensemble des cursus scolaires quelle que soit la spécialité choisie par les lycéens à la fin de la classe de seconde. A cet égard, le projet de réforme présenté par le Ministère de l’Education nationale est particulièrement inquiétant. D’une part, les horaires de SES seraient réduits de moitié. Les lycéens ne bénéficieraient plus que de 1h30 d’enseignement de SES par semaine contre 2h30 actuellement. Alors que les SES sont une matière nouvelle pour les lycéens, cette réduction drastique des horaires ne permettra pas de passer le temps nécessaire sur l’ensemble des parties du programme. D’autre part, le projet de réforme attribue aux SES le statut d’ « enseignement exploratoire ». Les SES resteront donc optionnels alors que le caractère fondamental de cet enseignement, reconnu par le rapport de Richard Descoings en 2009, aurait mérité de le rendre obligatoire afin que chaque élève bénéficie d’une introduction aux SES au cours de sa scolarité. L’enseignement de SES est plébiscité par les élèves et leurs parents comme le montre le succès de la filière ES depuis quarante ans. A cet égard, il demande au ministre de modifier sa réforme afin de rendre les SES obligatoires en classe de seconde et d’augmenter les horaires consacrés à cet enseignement.

Apses.org | Association des Professeurs de Sciences Économiques et Sociales