articles de ce dossier
articles de la même rubrique

Cours d’économie en seconde : l’emploi et le pouvoir d’achat font leur retour (Revue de presse)

Les échos [ 05/03/10 ]


A lire aussi en ligne sur lesechos.fr

Des réflexions en cours au ministère devraient donner lieu à une nouvelle version du futur programme de sciences économiques et sociales en seconde, très critiqué dès sa mise en ligne fin janvier pour consultation jusqu’au 12 mars. La guerre des tranchées sur les futurs programmes d’économie en seconde issus de la réforme du lycée va-t-elle bientôt prendre fin ? En tout cas, au sein du ministère, des réflexions ont abouti à des aménagements importants du programme de sciences économiques et sociales (SES), dont « Les Echos » ont eu connaissance. Si cette nouvelle version était validée par le cabinet du ministre de l’Education Luc Chatel, elle contribuerait à apaiser le débat. Une nécessité car, dès leur mise en ligne pour consultation, la première mouture des programmes de seconde de SES d’une part et de « principes fondamentaux de l’économie et de la gestion » (PFEG) d’autre part, a mis le feu aux poudres. En cause ? La moindre place accordée en SES à la sociologie, l’absence de thèmes aussi importants - et sensibles -que le pouvoir d’achat, l’emploi et, donc, le chômage. La version révisée du programme de SES propose cinq thèmes déclinés en dix questions. Aux questions correspondent des notions à découvrir, puis des indications complémentaires pour les enseignants. Parmi les changements majeurs, le « pouvoir d’achat »est réintroduit dans le premier thème (« Ménages et consommation »). En revanche, la notion d’« élasticité », complexe pour un élève de quinze ans, disparaît. La deuxième question de ce thème n’est plus « La consommation : un marqueur social ? », mais « La consommation : des choix individuels ou des choix sociaux ? », qui permet de combiner approches microéconomique, macroéconomique et sociologique. Deux autres thèmes feraient l’objet de modifications significatives. Celui ayant trait aux entreprises et à la production devrait aborder désormais la « valeur ajoutée ». Enfin, Le thème initialement intitulé « Choix individuels et choix sociaux » deviendrait « Formation et emploi ». Il serait enrichi d’une nouvelle question d’étude : « Le salaire est-il l’ennemi de l’emploi ? ». De quoi pouvoir finalement aborder le chômage. Par ailleurs, on réfléchit à l’évaluation des élèves dans ces matières non prévues pour l’instant. Une donnée qui, ajoutée à un horaire faible, constitue un sujet d’inquiétude quant à l’investissement des élèves. Rééquilibrage

La polémique sur les programmes dure depuis des années, les milieux patronaux déplorant des manuels peu centrés sur l’entreprise. D’où, avec la réforme du lycée, la séparation en deux enseignements, l’un de SES et l’autre centré sur l’économie et la gestion (PFEG). La nouvelle version de SES, qui remet un lien entre des outils de raisonnement et des enjeux économiques et sociaux contemporains susceptibles d’interpeller les élèves, répond, en partie, aux critiques formulées par l’Association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses). Elles vont aussi dans le sens des remarques de l’Association française de sciences économiques (Afse), qui milite pour un rééquilibrage entre les approches microéconomique et macroéconomique dans l’enseignement de l’économie. Jusqu’au 12 mars, le ministère poursuit, via les académies, ses consultations. Ce n’est qu’après qu’il pourra dévoiler officiellement ses nouveaux programmes. ISABELLE FICEK, Les Echos

Apses.org | Association des Professeurs de Sciences Économiques et Sociales