articles de ce dossier
articles de la même rubrique

« Une fausse bonne idée » (Revue de presse)

L’union 10 février 2010


« Une fausse bonne idée »

L’union 10 février 2010

A lire sur le site de l’Union

« Ça aurait pu être une bonne idée », commente Jean Lawruszenko, responsable champardennais de l’association des profs de sciences économiques et sociales (Apses), mais celui-ci conteste vigoureusement deux aspects de la réforme, qui lui font penser en définitive que l’idée n’est pas si bonne que ça. A tel point que, pour faire pression sur le gouvernement afin qu’il revoie sa copie, cette association de profs de sciences éco appellera à la « désobéissance citoyenne » à la prochaine rentrée, « c’est-à-dire à ne pas appliquer ce programme si nos remarques ne sont pas prises en compte ». Premier point contesté : le volume horaire. « Actuellement, expose M. Lawruszenko, il y a en seconde une option de deux heures et demie de SES (sciences économiques et sociales) ; avec la réforme on passerait à une heure et demie seulement obligatoire pour tout le monde. Nous trouvons ça insuffisant. » « Pas assez de sociologie » Deuxième point : le contenu de cet enseignement. Pour résumer : « Trop d’économie pure, pas assez de sociologie. » Car aux yeux de M. Lawruszenko, les deux matières sont difficilement séparables… « On va faire de l’économie désincarnée. On va parler d’épargne, mais pas de chômage », cite en exemple l’enseignant. Son de cloche similaire chez son collègue du lycée Roosevelt Alain Menu, membre de la même association d’ailleurs : « Je suis plutôt favorable à la diffusion de cet enseignement économique, chacun doit avoir les éléments pour comprendre le monde, mais il me semble plus intéressant de partir des questions que se posent les élèves ; or justement, les questions qui font sens sur les problèmes de société, le chômage, les inégalités, la transformation de la famille, ne sont peut-être pas complètement évacuées, mais deviennent minoritaires. En revanche, je ne sais pas si nous allons réussir à les intéresser avec des calculs d’élasticité-prix, c’est-à-dire les variations de la demande en fonction des prix, ou avec des calculs de coûts marginaux… »

JPEG - 89.4 ko
Apses.org | Association des Professeurs de Sciences Économiques et Sociales