articles de ce dossier
articles de la même rubrique

Les critiques s’intensifient contre le nouveau programme d’enseignement de l’économie pour la classe de seconde (Revue de presse)

LE MONDE | 29.01.10


A lire sur lemonde.fr

Ni la mise en ligne, sur le site du ministère de l’éducation (www.eduscol.education.fr), du projet de nouveau programme de sciences économiques et sociales (SES) pour les classes de 2de, ni le fait que le ministère ait rappelé que la consultation était ouverte jusqu’au 12 mars, n’apaisent les associations de professeurs de SES et d’économie-gestion.

L’association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses) continuait, jeudi 28 janvier, de menacer de désobéir et de boycotter le projet de programme à la rentrée 2010 s’il n’était suffisamment amendé d’ici-là. Samedi 30 janvier, les enseignants de sciences économiques et sociales devaient descendre dans la rue aux côtés des syndicats de la FSU, de la CGT-éducation et de SUD.

L’Apses déclarait jeudi 28 janvier au Monde qu’elle allait "proposer, la semaine prochaine, un programme de SES pour classe de 2de réalisé avec des sociologues, des économistes et des professeurs d’université". L’association entend ainsi prouver qu’une autre approche est possible. Son président, Sylvain David, précisait que "cette alternative fera réapparaître des vrais questionnements qui suscitent des débats".

Plutôt classée à gauche, l’Apses, qui représente environ 1 200 enseignants sur les quelque 4 500 professeurs de SES, dénonce aussi le fait que le ministère ait fait pression sur le groupe d’experts "pour enlever des questions comme le chômage, le pouvoir d’achat ou la discrimination face à l’emploi".

Le projet du ministère, qui s’inscrit dans la réforme du lycée entrant en vigueur à la rentrée 2010, fait des SES et de l’économie-gestion des "enseignements d’exploration" obligatoires pour tous les lycéens de 2de (sauf ceux qui auront choisi l’option sports ou langues anciennes).

A minima, les élèves devront prendre soit les SES, soit les "principes généraux de l’économie et de la gestion" qu’ils suivront à raison d’une heure et demie par semaine. Mais le choix des deux options est aussi possible.

Actuellement, les SES, qui ne sont qu’optionnelles en 2de à raison de 3 heures par semaine, sont choisies par 43 % des élèves.

L’Association des professeurs de communication, d’économie et de gestion (Apseg) - association strictement professionnelle, contrairement à l’Apses - n’est pas plus tendre avec le ministère. "Nous sommes sur le même mouvement critique que l’Apses, déclarait jeudi sa présidente, Sylvie Cordesse-Marot. Il fallait faire une seule option qui aurait regroupé SES et gestion-économie. Ces programmes sont trop lourds et insipides. On va dégoûter les élèves. Il faut tout reprendre à zéro et repousser d’un an la réforme pour avoir le temps d’élaborer des programmes pertinents. C’est parti dans une mauvaise direction et ce n’est pas amendable."

Turbulences en vue

La présidente de l’Apseg préconise de prendre les nouveaux programmes de physique de 2de pour exemple. "Ce sont de vrais programmes d’exploration. Ils ont trois thèmes à traiter et pas onze comme nous. Ils vont pouvoir réfléchir avec des enseignants de biologie et de physique qui travailleront ensemble, de façon transversale."

Tous les enseignants ne partagent pas ces critiques. Professeur de SES au lycée Charles-le-Chauve à Roissy-en-Brie (Seine-et-Marne), David Mourey, qui organise souvent pour ses élèves des débats avec les meilleurs économistes français, estime que "ces nouveaux programmes sont complémentaires et très didactiques. Ils peuvent donner lieu à des exercices pédagogiques clairs pour répondre à des questions qui font sens pour des élèves".

A l’opposé, l’Union nationale lycéenne (UNL), qui dénonce un programme "dogmatique et réducteur", demande que le projet soit "remis à plat ". Sinon, "les lycéens sauront réagir en conséquence".

Depuis des années, les tentatives de réforme de ces programmes se heurtent aux oppositions et les rapports sur le sujet sont enterrés les uns après les autres. Attention, zone de turbulences en vue.

Marc Dupuis

Apses.org | Association des Professeurs de Sciences Économiques et Sociales