articles de ce dossier
articles de la même rubrique

L’Apses critique les programmes de 2nde (Revue de presse)

Le Figaro, 28 janvier 2010


Le Figaro AFP 27/01/2010 http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2...

Les programmes de sciences économiques et sociales (SES) de la future classe de seconde "gomment les enjeux économiques et sociaux contemporains", en faisant notamment l’impasse sur le chômage, a estimé mercredi l’Association des professeurs de SES (Apses) dans un communiqué. Elle appelle donc "tous les citoyens" à participer à la manifestation du 30 janvier dans l’éducation (lancée par la FSU) "pour exprimer le refus d’une réforme qui marginalise et dénature les SES".

"Le ministère a choisi délibérément d’évacuer du programme de SES proposé en classe de seconde la plupart des questions de société qui y étaient abordées jusqu’à présent : suppression des questionnements sur l’emploi et le chômage, sur l’investissement, sur les revenus et les inégalités", selon l’Apses. A titre d’exemple, "sur le thème de la consommation, les élèves seront censés se passionner pour la notion +d’élasticité-prix+, tandis que dans le même temps, on leur refuse de parler de pouvoir d’achat", a-t-elle ajouté. "Taire les questions de société, c’est renoncer à la dimension citoyenne que véhiculent tous les enseignements généraux du lycée et faire perdre à l’enseignement des SES ce qui fonde son succès depuis plus de 40 ans", a poursuivi l’Apses. "Voudrait-on réduire l’attractivité des SES et de la série ES que l’on ne s’y prendrait pas autrement", a-telle ajouté. Dans le cadre de la réforme du lycée, qui doit entrer en vigueur à la rentrée 2010, les SES vont être mises en concurrence avec un nouvel enseignement, les "principes fondamentaux de l’économie et de la gestion" (PFEG). Pour leur enseignement d’exploration (1h30 par semaine) sur l’économie, les élèves devront choisir entre les SES et les PFEG. Le ministre de l’Education nationale Luc Chatel a dit mercredi au Figaro que dans la commission qui a élaboré les nouveaux programmes de SES figurait notamment le président de l’Apses, Sylvain David. Interrogé par l’AFP, M. David a affirmé qu’il avait affiché son "désaccord avec un certain nombre de points", parmi lesquels la disparition des questions de chômage ou de pouvoir d’achat.

"C’est le cabinet du ministre qui a arbitré" sur les programmes, a-t-il ajouté, alors que M. Chatel a parlé au Figaro d’une "commission indépendante". Les programmes de SES et PFEG sont en ligne sur le site du ministère, depuis mercredi, afin que les enseignants puissent "se les approprier" et "suggérer quelques ajustements", a annoncé M. Chatel. "Nous lui disons chiche !", a commenté M. David, "mais vu la gronde qui monte chez les collègues, très mécontents, je crois que des ajustements ne suffiront pas", a-t-il ajouté.

Apses.org | Association des Professeurs de Sciences Économiques et Sociales