QSTP : Les inégalités hommes-femmes tendent-elles à se réduire ?

Les inégalités hommes femmes sur le marché du travail

Entraînement à la question de Synthèse sur Travail Préparatoire.

I - Questions Préparatoires ( 10 points )

1. Comment expliquer l’évolution du taux d’activité des femmes et des hommes depuis la fin des années 60 ? (document 1) (2 points)
2. Expliquez le lien entre le développement du temps partiel et l’évolution des taux d’activité masculin et féminin ? (documents 1et 2) (2 points)
3. Faites une phrase avec chacun des deux chiffres en gras. (document 3) (1 point)
4. La structure de l’emploi par sexe vous semble-t-elle égalitaire ? Justifiez (document 3) (2 points)
5. Commentez l’évolution des inégalités hommes femmes devant le chômage depuis la fin des années 1960 en utilisant les chiffres. (document 4) (1 point)
6. Quelles sont les explications possibles des différences de salaires entre hommes et femmes en Europe ? (document 5) (2 points)

II - Question de synthèse (10 points)

Après avoir mis en évidence une tendance à l’égalisation des genres sur le marché du travail, vous montrerez qu’il subsiste des inégalités importantes entre hommes et femmes sur ce marché.


Doc. 1 : évolution des taux d’activité par sexe

JPEG - 10 ko

Les femmes françaises face au chômage : une inégalité en déclin

Bruno Coquet

Revue de l’OFCE n°90, 2005

Doc. 2 : Femmes, hommes et temps partiel

Le temps partiel témoigne d’inégalités importantes entre les femmes et les hommes. Il s’est fortement développé durant les dix dernières années parmi les femmes, mais relativement peu, en moyenne, parmi les hommes. Compte tenu de la place désormais importante des femmes sur le marché du travail (43,8 % de la population active et 40,1 % de l’emploi civil en moyenne dans l’UE-15 en 2002), la part du temps partiel dans l’emploi total a vivement progressé. Mais des écarts de grande ampleur existent entre les pays, à la fois dans les progressions et surtout dans les niveaux relatifs (...). Le temps partiel représente 33,5 % de l’emploi féminin et seulement 6,5 % de l’emploi masculin en Europe en 2002. C’est respectivement 4,7 et 2,3 points de plus qu’en 1992.

Femmes : « top » modèles des inégalités

Françoise Milewski

Revue de l’OFCE n°90, 2005

Doc. 3 : Structure de l’emploi par Catégorie Socioprofessionnelle

%

Cadres

Professions

Employés

Employés

Ouvriers

Ouvriers

   

intermédiaires

administratifs

commerce

qualifiés

non qualifiés

Ensemble

16,4

22,5

18,6

10,8

13,0

18,7

Hommes

19,5

21,0

8,5

6,1

22,6

22,3

Femmes

12,7

24,2

30,3

16,2

2,0

14,6

Champ  : salariés de 25 à 55 ans effectuant au moins 15 heures hebdomadaires.

Source  : Panel de ménages, 2000.

Les écarts de salaires entre les femmes et les hommes en Europe : effets de structures ou discrimination  ?,

PONTHIEUX Sophie, MEURS Dominique,

Revue de l’OFCE n°90, 2005

Doc. 4 : Ecart de taux de chômage BIT entre femmes et hommes

JPEG - 11.7 ko

Les femmes françaises face au chômage : une inégalité en déclin

Bruno Coquet

Revue de l’OFCE n°90, 2005

Doc.5 : Les écarts de salaires entre hommes et femmes en Europe

Dans l’Union européenne (UE) en 2000, les salaires horaires féminins représentent de 80 % à 95 % des salaires horaires masculins (Commission européenne, 2003, p.10). Cet écart résulte du jeu de nombreux facteurs qui, selon les pays, peuvent se cumuler ou au contraire se compenser : par exemple, le secteur public pénalise relativement moins les femmes que le privé, mais il représente une part variable de l’emploi salarié, et des emplois féminins ; les niveaux d’éducation des femmes, en général plutôt plus élevés que ceux des hommes, sont contrebalancés par les interruptions de carrière qui réduisent l’expérience professionnelle. L’écart des salaires horaires ne donne toutefois qu’une idée incomplète de l’inégalité des gains féminins et masculins, car il gomme l’effet additionnel de l’inégalité du nombre d’heures de travail, dont l’essentiel résulte du travail à temps partiel qui concerne presque exclusivement les femmes. Ainsi, en considérant les salaires mensuels, les salaires féminins ne représentent plus que de 65 % à 80 % des salaires masculins. Structures des emplois, caractéristiques des individus et horaires de travail expliquent au total une grande part des écarts de salaires entre femmes et hommes. Mais en outre, les femmes peuvent pâtir d’une pénalisation spécifique, la discrimination salariale, qui se manifesterait alors par une moindre rémunération de leurs caractéristiques productives.

Les écarts de salaires entre les femmes et les hommes en Europe : effets de structures ou discrimination ?

Sophie Ponthieux, Dominique Meurs

Revue de l’OFCE n°90, 2005

Apses.org | Association des Professeurs de Sciences Économiques et Sociales