TD Politique de relance

TD- Conditions d’efficacité d’une politique de relance

Objectifs

Vérification des acquis
Comprendre quelques critiques (limites) de la politique de relance keynésienne

Niveau

Première ou Terminale

Prérequis

Savoirs : politique budgétaire et création monétaire.

Durée

Une heure.

Activités élèves 

Organisation :

Supports :
Document 1 - Schéma
Documents 2a et 2b (cahiers Français n°319)
Document 3 - Document 19 p 298 Bordas Première ES
Document 4- Extrait d’article J P Fitoussi, août 2002 (doc 12 page 408, Bordas TES)

Consignes :

1er temps - La politique de relance

Questions sur le document 1)
1- Expliquez les enchaînements A et B en vous appuyant sur des exemples.
2- Complétez le schéma.
3- A quelle théorie peut-on rattacher ce schéma ?

2ème temps - Son efficacité ?

Questions sur le doc 2a)
1- Expliquez les expressions « sous emploi » et « plein emploi ».
2- Donnez un synonyme de « déficit de demande ».
3- L’enchaînement A du document 1 est-il toujours vérifié ?

Questions sur le document 2b)

1- L’enchaînement B du document 1 est-il toujours vérifié ? Complétez l’analyse.

Note aux collègues : on attend deux réponses dont une hors texte (si réponse diffcile, intervention de l’enseignant).
- répercussion du taux directeur de la BCE sur les taux de crédit des banques,
- baisse des taux d’intérêt qui entraînent une hausse de la demande de crédit des agents.

Questions sur le document 3-

1- Qui profite de la politique de relance dans une économie ouverte sur l’extérieur ? Justifiez votre réponse .
2- Quelle est la politique contraire à la politique de relance ? Quelle peut être son utilité ?

3ème temps : Pour faire le bilan sur les limites de la politique de relance.

Complétez le texte suivant :

A- Buts : Il n’est pas judicieux de relancer la demande quand :
1- ........................................................
2-........................................................

B- Outils : La politique monétaire n’est pas toujours efficace parce que :
1- ........................................................
2- ...........................................................

4ème temps : Conclusion

Vous venez d’élaborer une argumentation qui correspond à une dissertation. Formulez le sujet auquel elle renvoie.

Document 1 : Effets attendus d’une politique de relance.

JPEG - 76.8 ko
enchainement

Document 2a.
Prenons le cas d’une politique ( budgétaire expansionniste. Mise en oeuvre dans une situation de sous-emploi, elle participe à la résorption du déficit de demande et n’a pas d’effet inflationniste (selon les principes keynésiens). A l’inverse, si l’économie est proche du plein-emploi, elle a toutes les chances de générer une hausse des prix (selon les principes néo- classiques). Il convient de rappeler qu’une politique monétaire produit peu ou prou les mêmes effets macroéconomiques.
Dans le cas de la politique budgétaire, cela suppose que les ménages bénéficiant d’une baisse des prélèvements obligatoires (réduction de l’impôt sur le revenu par exemple) ou d’une hausse des transferts, n’épargnent pas intégralement ces sommes, auquel cas la politique budgétaire serait inefficace. [...]
Jérôme Creel, Les difficultés du policy mix, Les cahiers français, n°319, Mars - avril 2004

Document 2b.
Dans celui de la politique monétaire, il faut supposer que la variation du taux directeur décidée par la Banque centrale se transmet effectivement aux conditions de crédit, permettant ainsi de relancer (après une baisse des taux) consommation et investissement.
Jérôme Creel, Les difficultés du policy mix, Les cahiers français, n°319, Mars - avril 2004

Document 3.
La relance intérieure de la demande se traduit, en économie ouverte, par un surcroît d’importations (d’autant plus élevé que la propension à importer est forte). Les producteurs étrangers et non résidents sont bénéficiaires. Les producteurs nationaux et résidents sont perdants. Il y a donc une nouvelle « fuite » [...]. Plus l’économie est ouverte, plus importante est la part des importations dans le PIB, plus la relation « dépense publique - relance nationale  » se transforme en une relation « dépenses publiques - fuites par les importations - relance des autres », l’économie qui prend l’initiative se transformant en « locomotive ». [...]
Une fois que la balance commerciale est détériorée, la rigueur est nécessaire : [...] mesures directes de compression de la demande (austérité sur les salaires, blocage des prix) ; hausse des taux d’intérêt pour freiner la croissance interne pour attirer les capitaux étrangers.
Maurice Baslé, Le budget de l’Etat, La Découverte, collection « Repères », 1997.

Apses.org | Association des Professeurs de Sciences Économiques et Sociales