articles de la même rubrique

Communiqué de presse de l’APSES du 29 septembre 2008 : Non à la
 dénaturation des SES

NON À LA DENATURATION DES S.E.S.

La précipitation n’est pas bonne conseillère

Dans le cadre de la vaste réforme du lycée, pilotée par le recteur Jean-Paul de Gaudemar et applicable dès la rentrée 2009 pour la classe de seconde, le ministère de l’Education Nationale, après les programmes de l’école primaire et du français au collège, s’apprête à profondément remanier les programmes et les finalités de l’enseignement de Sciences Economiques et Sociales. Pourtant, les statistiques du ministère soulignent les qualités et la réussite de cet enseignement, tant sur le plan de la motivation des élèves, de son attractivité, de la formation du citoyen, que de la réussite des bacheliers de la série ES dans le supérieur.

Compte tenu du délai hors norme que le ministère impose pour cette réforme, l’APSES s’alarme des procédures qui seront utilisées pour la confection du nouveau programme de seconde. Elle exige qu’un groupe d’experts, rassemblant universitaires des disciplines concernées et enseignants du secondaire, soit formé à l’exclusion de tout organisme extérieur à l’Education nationale, tel l’IDE ou tout autre lobby. La réforme du lycée ne peut se faire dans l’urgence. La mise en place de la nouvelle seconde doit donc être repoussée d’un an, à la rentrée 2010.

Des Sciences Economique ET Sociales pour tous les lycéens

L’Apses demande à ce que l’enseignement de Sciences économiques et sociales en seconde soit intégré aux enseignements obligatoires, car à côté de la culture scientifique et de la culture littéraire, le lycée du 21ème siècle se doit de transmettre également cette troisième culture que représentent les apports des sciences sociales (science économique, sociologie, science politique, anthropologie etc.).

L’APSES rappelle son opposition absolue à des programmes structurés sur la séparation économie/sociologie. L’entrée par des problématiques contemporaines a fait la preuve de son efficacité auprès des élèves si on en juge l’augmentation régulière des effectifs de la série ES et les taux de réussite de ses bacheliers dans le supérieur. Elle demande au Ministre de garantir la pluridisciplinarité et la présentation des différents paradigmes en SES. Elle s’inquiète du projet de semestrialisation de tous les enseignements du cycle terminal qui revient au dépeçage des disciplines actuelles du lycée pour les éclater dans des modules semestriels de 3h. La disparition du groupe-classe et de la cohérence des parcours d’enseignements seraient un désastre pour la formation des lycéens.

L’APSES appelle à une semaine nationale de mobilisation démarrant le lundi 29 septembre durant laquelle les enseignants de Sciences économiques et sociales se réuniront en Assemblées générales, informeront élus, universitaires, médias, élèves et parents. En outre, l’APSES appelle tous les enseignants de SES et les citoyens attachés à cet enseignement à la rejoindre derrière sa banderole lors de la manifestation nationale du dimanche 19 octobre à Paris.

Contact : Sylvain DAVID (Président) sylvain.david3@free.fr 06-75-81-40-37

Apses.org | Association des Professeurs de Sciences Économiques et Sociales