Les lycéens préfèrent les S.E.S. !

Extrait de « Radiographie du peuple lycéen », coordonné par Roger Establet, ESF, 1998, page 133.

Cliquez sur le diaporama à droite pour l’agrandir.

« L’ensemble des académies observées fournit le même résultat, les lycéens des sections économiques et sociales ne présentent pas de dichotomie entre les connaissances qu’ils jugent importantes pour leur vie personnelle et celles qu’ils destinent à leur vie professionnelle : ce sont les mêmes. Cette harmonie est leur spécificité : la filière Es est donc une réussite. Pour ce qui est des qualités acquises au lycée, le cursus de sciences économiques et sociales révèle l’un des plus cohérent aux yeux des élèves : c’est dans les disciplines principales de leur cursus que les lycéens et lycéennes de cette filière puisent à la fois les bases de la préparation à un métier, les atouts de la formation de soi et le lieu d’acquisition de qualités diverses. La philosophie est ses notions sont beaucoup moins cités par les élèves de terminale littéraire et scientifique. Dès la première, chez les garçons, qui entrent dans le détail des thèmes formateurs, les apprentissages littéraires, liés à l’enseignement du français, cèdent la place à la réflexion sur des questions du programme d’économie ou de sociologie. Les filles s’en tiennent à une appréciation globale des deux disciplines. »

Extrait de « Radiographie du peuple lycéen », coordonné par Roger Establet, ESF, 1998, page 131.

Apses.org | Association des Professeurs de Sciences Économiques et Sociales