articles de la même rubrique

JOURNÉE NATIONALE D’ACTION DES PROFESSEURS DE S.E.S LE MERCREDI 3 DÉCEMBRE : 10 BONNES RAISONS DE MANIFESTER A PARIS !

Manifestation à Paris

avec couverture : préavis de grève déposé par le Snes, le Snalc et le Se-Unsa

Le mercredi 3 décembre 2008

13h : Madeleine-République, 15h30 : meeting à la bourse du travail avec prises de parole de nos soutiens et Assemblée génrérale

Une mobilisation massive est indispensable

10 bonnes raisons de manifester à Paris le 3 décembre 2008

1- Une forte demande sociale

Dans le contexte économique et social actuel, il y a une forte demande sociale pour que tous les lycéens suivent un enseignement de SES. Selon un sondage TNS Sofres révélé lors des Journées de l’Economie à Lyon en novembre 2008, 73 % des Français estiment que l’information économique est peu ou pas du tout accessible et compréhensible, et 85 % sont favorables à une initiation à l’économie dès le secondaire.

2- Le projet de réforme de la seconde marginalisera l’option SES en seconde

Des 43% actuels d’élèves de seconde qui choisissent les SES parmi Latin, LV3, IGC, ou MPI, ISI, combien choisiront notre enseignement lorsqu’il sera en concurrence avec un module d’approfondissement de math, littérature, physique-chimie ou sciences de la vie et de la terre ?

3- La réforme de la seconde prépare un tarissement des orientations en série ES et une fusion entre les actuelles séries ES et STG

A terme, c’est l’orientation vers le futur parcours « Sciences de la Société » qui risque de se tarir, les élèves ne pouvant pas effectuer une orientation raisonnée en fin de seconde sans connaître une des « dominantes » de ce parcours. Par ailleurs, la réforme de la seconde prépare une fusion entre les actuelles séries ES et STG. Dans le cycle 1ère-Terminale, les SES ne seront qu’une dominante parmi quatre au sein du parcours « Sciences de la Société » en compagnie du Droit, des Sciences de Gestion et de l’Histoire-Géographie. Il a même été évoqué de scinder les SES entre des modules de sociologie et d’économie. Ce remodelage fait fi des complémentarités fortes qui existent actuellement dans la série ES entre les SES, les mathématiques, l’histoire-géographie, les langues et la philosophie, complémentarités qui permettent un haut niveau de culture générale propice à la réussite dans les études supérieures qu’elles soient courtes, longues ou des plus sélectives.

4- Inacceptable en termes de conditions pédagogiques d’enseignement

Le projet de réforme de la seconde est inacceptable en termes de conditions pédagogiques d’enseignement : perte de la durée annuelle (- 40% de l’horaire élève) mais aussi et surtout des TD. Les modules de découverte ne feront pas l’objet d’une note dans le bulletin mais seulement d’une appréciation ! Que transmet-on à des lycéens de 15 ans en 4 mois de cours à 35 élèves par classe ?

5- Inacceptable en termes de nombre futur de postes et de recrutement

Le projet de réforme de la seconde est inacceptable en termes de nombre futur de postes et de recrutement : - 40% de l’horaire élève en seconde, disparition confirmée des TD, baisse du taux de lycéens choisissant SES en seconde (15% au lieu de 43% actuellement ?) = près de 1000 postes excédentaires ?

6- Réforme précipitée = dégâts collatéraux

La réforme est précipitée et risque de s’appliquer avec de nombreux dégâts collatéraux non prévus pour les futurs lycéens mais aussi pour les personnels et en première ligne les enseignants. Il est inadmissible de prétendre réaliser des programmes de qualité pour la rentrée prochaine en convoquant des groupes d’experts mi-novembre et en leur demandant de confectionner un programme en un mois. Au minimum, Xavier Darcos doit repousser sa réforme en 2010 et organiser une véritable consultation du monde enseignant.

7- Calendrier de la réforme : c’est maintenant ou jamais

Le mois de décembre a été annoncé par le ministère comme le mois de la finalisation : c’est maintenant ou jamais qu’il faut se mobiliser pour accroître un rapport de force permettant des avancées sur les SES, une refonte et un report de la réforme. (Roger Guesnerie est reçu le 28 novembre sur la question de la place des SES en seconde, Xavier Darcos annonce la structure définitive de la seconde la semaine du 8 décembre, le projet serait soumis au Haut Conseil de l’Education le 23 décembre (consultatif).

8- 80% de professeurs de SES grévistes le 20 novembre

La réussite éclatante de la mobilisation du 20 novembre (près de 80% de grévistes parmi les professeurs de SES) est en train de changer la donne. Nous ne pouvons nous permettre un échec le 3 décembre à Paris : l’objectif est de mobiliser 2000 enseignants de SES pour la manifestation (13h) et le meeting qui suivra (15h30-17h). En janvier 2005, contre le projet de réforme de Fillon (qui marginalisait déjà l’option SES en seconde) nous avions été 1000 à Paris et nous avions gagné !

9- Le soutien aux SES n’a jamais été aussi large

Jamais nous n’avons réussi à faire autant l’unanimité sur la nécessité d’une présence forte des SES au lycée, des syndicats d’enseignants (CGT-Educ’action, SE-UNSA, SGEN, SNES, SNFOLC, Sud-Education) et d’étudiants (UNL, FIDL et UNEF) aux représentants de l’enseignement supérieur et de la recherche (AFSE, AFS, AFSP, APKHKSES, APHEC) en passant par le CODICE et des personnalités telles que Philippe Meirieu, Michel Rocard ou Pierre Rosanvallon. Sans compter le nombre important et croissant des questions écrites des parlementaires.

10- La défaite est impossible

La victoire est à portée de main, nous devons continuer à monter en puissance dans notre mobilisation pour faire céder le ministre. Cette journée a un coût pour chacun (une journée de grève, un déplacement à Paris, faire garder ses enfants, revenir fatigué tard mercredi soir) mais c’est ce coût qui fait la force et la valeur d’une manifestation réussie et il sera largement compensé à long terme par notre victoire et par la joie de se retrouver ensemble à Paris, de se sentir unis et soutenus par les personnalités et organisations présentes lors du meeting.

SES We can !

commentaires (3 messages)


  • JOURNÉE NATIONALE DE GRÈVE DES PROFESSEURS DE S.E.S LE MERCREDI 3 DÉCEMBRE : 10 BONNES RAISONS DE FAIRE GRÈVE ! 25 novembre 2008 21:55, par Pilarek

    Je suis professeur de SES au Lycée Watteau de Valenciennes. Dans ce contexte de réformes tous azimuts visant à la destruction du service public d’éducation, je trouve curieux que les professeurs de SES aient pour seule réponse une action dont le mot d’ordre est "sauvons les SES". Penser que l’on sauvera les SES de cette manière est un leurre. Plus que jamais nous avons besoin d’unité pour défendre une certaine conception de l’école dans laquelle les SES trouvent toute leur place. Je participe personnellement à toutes les actions visant à construire cette unité. Je suis père de deux enfants et je n’ai pas envie d’une école au rabais, avec ou sans SES. Je considère que l’appel à la grève du 10 décembre(donnant suite à celle du jeudi 20 novembre, qui donnait suite à la manif d’octobre) n’est pas à la hauteur des enjeux. Alors une grève de professeurs de SES ... A quand la manif pour sauver la littérature, le latin etc. Si le gouvernement proposait une place pour les SES dans le socle commun (rêvons un peu), finie la lutte des prof d’éco ?

    Cordialement, Jean Michel Pilarek.

    Répondre à ce message

    • JOURNÉE NATIONALE DE GRÈVE DES PROFESSEURS DE S.E.S LE MERCREDI 3 DÉCEMBRE : 10 BONNES RAISONS DE FAIRE GRÈVE ! 26 novembre 2008 00:34, par Rémi Jeannin

      Non, si nous obtenons une place satisfaisante pour les SES en seconde, bien d’autres motifs pourraient nous amener à poursuivre l’action contre cette réforme car l’ "idéologie du choix" qui la sous-tend ne fera que favoriser ceux qui ont la meilleure connaissance du système scolaire et se fait à l’encontre de parcours de formation cohérents.
      Mais il me semble que dans le projet actuel, les SES sont véritablement et bien plus que d’autres matières menacées de marginalisation. En tant qu’association de spécialistes, nous sommes légitimes à défendre la place de cette discipline quand elle est à ce point remise en cause. Mais cela n’implique pas de ne pas s’engager à titre personnel sur les enjeux plus généraux de la réforme.
      Donc : tous ensemble le 03/12 pour les SES et le 10/12 pour un autre lycée que celui proposé par cette réforme !

      Répondre à ce message

      • JOURNÉE NATIONALE DE GRÈVE DES PROFESSEURS DE S.E.S LE MERCREDI 3 DÉCEMBRE : 10 BONNES RAISONS DE FAIRE GRÈVE ! 12 décembre 2008 02:05, par Dude

        Bonjour !

        Je suis ancienne élève. J’ai eu mon bac ES en 2006 et c’est sans doute une de mes plus grande fièreté.
        En tant qu’ES, je suis bien entendu pour la sauvegarde de la matière : à titre personnel, c’est sans doute grâce à elle que je comprends le monde.
        Toutefois, en tant qu’élève, je ne pense pas non plus qu’une grève soit l’idéal. Quand bien même il s’agit d’un droit, vous oubliez qu’en faisant grève, vous privez vos élèves de votre enseignement.
        Je ne suis certes pas prof et je ne vois sans doute pas les choses du même oeil que vous, mais pour moi, plus que de lutter contre cette réforme, il s’agit de redonner goût aux jeunes de s’intéresser au monde.
        Hélas, je pense qu’il est temps d’essayer de "vendre les sciences éco" de façon plus allèchante aux lycéens et d’établir une "stratégie marketing".
        Grèves et manifestations n’iront pas bien loin...

        Répondre à ce message

Répondre à cet article

Apses.org | Association des Professeurs de Sciences Économiques et Sociales