L’APSES et l’enseignement de SES

L’APSES souhaite (re)préciser et clarifier les positions qu’elle est amené à défendre à propos des objectifs et de la démarche de l’enseignement de Sciences Economiques et Sociales. Vous trouverez un résumé de ces positions dans le texte suivant.

Objectifs et démarche de l’enseignement de Sciences Economiques et Sociales

La diffusion par l’APSES d’un manifeste intitulé « Enseigner la société » a permis de recueillir de nombreuses signatures d’enseignants de SES, d’universitaires, d’étudiants, d’élèves,… Ce manifeste a toutefois soulevé certaines interrogations qui amènent l’APSES à préciser les principes défendus à propos de l’enseignement de SES. Ce texte vise à une clarification de ces positions afin d’éviter que celles-ci soient mal comprises ou déformées.

Depuis sa création, il y a 40 ans, l’enseignement de SES a été souvent critiqué et, pour cette raison, systématiquement évalué, sans doute plus qu’aucun autre. Toutes ces évaluations ont conclu qu’il répondait à une demande des lycéens et à une exigence de formation dans une société où les questions économiques et sociales sont centrales.

Pour l’APSES, l’enseignement de SES vise un double objectif. Le premier objectif consiste à doter les lycéens des outils intellectuels leur permettant de mieux comprendre la société dans laquelle ils vivent (d’où l’expression « enseigner la société » utilisée dans le titre du manifeste diffusé). D’autres disciplines visent aussi cet objectif mais les SES apportent une contribution spécifique, celle des sciences économiques et sociales. C’est pourquoi le deuxième objectif de cet enseignement consiste à initier les élèves aux méthodes, aux connaissances, aux outils propres aux différentes sciences sociales mobilisées (principalement l’économie et sociologie,...) pour aborder les questions traitées. En effet, l’accès à la connaissance du monde nécessite l’apprentissage d’une démarche intellectuelle rigoureuse.

Dans le même temps, cet enseignement se doit de prendre en compte la réalité des élèves qui accèdent au lycée, et d’instaurer une relation pédagogique la plus motivante possible. Pour ce faire, l’enseignement des SES cherche, autant que possible, à susciter l’intérêt intellectuel et la motivation chez des élèves âgés de 15 à 17 ans en moyenne. L’expérience a démontré que la question de l’intérêt, du sens et donc de la motivation était cruciale dans le cadre d’une relation pédagogique. C’est la recherche de ce sens qui va susciter le questionnement et l’activité intellectuelle chez l’élève.

C’est pourquoi l’APSES défend le principe d’une démarche pédagogique fondée sur l’entrée par des objets, des thèmes d’études dont l’analyse et l’explication requièrent la mobilisation des sciences économiques et sociales, dans le respect, cela devrait être évident, des particularités de leurs démarches respectives. Les professeurs de SES n’ont pas la prétention d’inventer une nouvelle science sociale, ils utilisent les méthodes et les savoirs propres aux sciences sociales (l’économie, la sociologie, parfois la science politique et l’ethnologie) telles qu’elles existent aujourd’hui (donc le contenu de l’enseignement évolue nécessairement en phase avec l’évolution des connaissances scientifiques). Les problèmes auxquels ils sont confrontés sont d’abord d’ordre pédagogique (quelles sont les questions à étudier, comment les étudier aussi rigoureusement que possible tout en restant accessible à des lycéens ?).

L’APSES est disposée à débattre de ces questions. Elle est disposée, par exemple, à participer, avec des universitaires et des chercheurs, à un travail sur des évolutions des programmes d’enseignement permettant notamment :

- d’alléger les programmes en SES afin de favoriser une meilleure appropriation par les élèves des contenus enseignés

- d’accorder une place plus grande à l’initiation aux différentes méthodes en sciences sociales (en ce sens, le maintien de travaux en demi-groupe est essentiel)

- de clarifier les moments de mobilisation de telle ou telle science sociale (outils, concepts, démarche,...) lors de l’étude des différents thèmes du programme de SES

Enfin, l’APSES est prête à envisager la présence d’un enseignement de SES (sur la base des objectifs et de la démarche acutels de cet enseignement) dans les autres séries du lycée au-delà de la seule série ES.

L’APSES tient à rappeler en outre sa demande, réitérées depuis plusieurs années, que l’enseignement de SES soit intégré aux enseignements communs de la classe de seconde pour qu’il puisse être dispensé à tous les élèves à ce niveau d’enseignement (alors que seulement 43% des élèves de seconde générale et technologique suivent cette option à l’heure actuelle).

le 11 avril 2008

Apses.org | Association des Professeurs de Sciences Économiques et Sociales