texte du BO

Enseignement de spécialité – sciences sociales et politiques
Préambule
Cet enseignement de spécialisation doit permettre aux élèves de se familiariser avec les apports des sciences sociales et politiques à la réflexion informée et critique sur l’évolution de la vie politique contemporaine en France et en Europe. S’inscrivant dans le prolongement de l’enseignement de la classe de première et en complément avec le programme spécifique de la classe terminale, ce programme de spécialisation est basé principalement sur les acquis de la science politique. Ouverte à l’influence d’autres modes de raisonnement des sciences sociales (l’histoire et la sociologie notamment), la science politique constitue une discipline propice à un enseignement de spécialisation susceptible d’aborder scientifiquement les questionnements contemporains. Cet enseignement suppose l’apprentissage des savoir-faire nécessaires à un travail sur les documents et données empiriques disponibles.
Les épreuves du baccalauréat portent sur l’intégralité du programme tel qu’il figure ci-dessous ; les indications complémentaires bornent ce qui est exigible.

 1. Le système politique démocratique

Thèmes et questionnements

Notions

Indications complémentaires

1.1 Quelles sont les composantes institutionnelles des régimes politiques démocratiques ? Régime parlementaire, régime semi-présidentiel, régime présidentiel.

 

Largement ouvert à des illustrations historiques et comparées, ce thème sensibilisera les élèves à la diversité des solutions constitutionnelles mises en œuvre dans les démocraties occidentales pour séparer le pouvoir exécutif du pouvoir législatif.
Acquis de première : État de droit.
1.2 Comment s’organise la compétition politique en démocratie ? Pluralisme politique, modes de scrutin, parité, démocratie délibérative. Centré sur le gouvernement représentatif, ce point permettra d’étudier les enjeux socio-politiques de la compétition électorale contemporaine. Une attention particulière sera accordée à la place des organisations partisanes et aux effets des modes de scrutin (majoritaire, proportionnel notamment) sur la sélection des gouvernants. On identifiera les biais liés au genre et la difficulté particulière rencontrée pour assurer une représentation équitable des deux sexes en politique. On s’interrogera sur les évolutions de la vie démocratique contemporaine en Europe et notamment les places respectives de la démocratie représentative et d’autres figures de la démocratie (participative, délibérative).
Acquis de première : démocratie représentative, démocratie participative.
1.3 Quelle est la contribution des organisations politiques au fonctionnement de la démocratie ?

 

Mobilisation électorale, société civile organisée, groupe d’intérêt.

 

On étudiera la contribution des partis politiques à la mobilisation des électeurs et à la politisation de ces derniers. On évoquera, à partir d’exemples historiques ou comparés, la contribution d’autres organisations (syndicats, associations, groupes d’intérêt) au fonctionnement des démocraties actuelles (coopération, contestation et influence).

2. La participation politique 

Thèmes et questionnements

Notions

Indications complémentaires

2.1 Quelle est l’influence de la culture politique sur les attitudes politiques ? Culture politique, socialisation politique, comportements politiques. On montrera que les attitudes politiques reflètent souvent des cultures politiques particulières mais aussi des modes de socialisation (primaire comme secondaire) spécifiques. La question de l’identification partisane et celle du clivage gauche/droite fourniront des illustrations simples de ces processus de formation des dispositions politiques.
Acquis de première : socialisation primaire, socialisation secondaire.
2.2 Quels sont les répertoires de l’action politique aujourd’hui ? Répertoires d’action politique. Tout en insistant sur l’importance de l’acte électoral et de son rituel, on proposera une conception ouverte de la notion de répertoire d’action politique ne se résumant pas à la pratique régulière du vote. On présentera notamment les dimensions individuelles comme collectives de l’action de protestation politique. L’évolution des répertoires d’action politique sera appréciée tant dans le temps long des transformations de l’ordre politique démocratique que dans le temps court de la conjoncture politique.
2.3. Comment expliquer le comportement électoral ? Participation et abstention électorale, variables lourdes du comportement électoral, vote sur enjeu. On analysera l’évolution des taux d’inscription sur les listes électorales, des taux de participation et/ou d’abstention et leurs déterminants sociaux et politiques. Les principaux résultats de la sociologie de l’orientation électorale seront présentés (poids de la variable religieuse, vote de classe, etc.). L’évocation de l’émergence d’un vote sur enjeu, influencé par les conjonctures politiques (campagnes électorales notamment), permettra de prendre la mesure de la volatilité électorale. La question de l’articulation entre médias, communication et vie politique sera également abordée afin de comprendre son éventuel impact sur les attitudes politiques (pratiques et opinions).

 3. L’ordre politique européen

Thèmes et questionnements

Notions

Indications complémentaires

3.1 Quel est l’impact de la construction européenne sur l’action publique ?

 

Principe de subsidiarité, gouvernance multi-niveaux. On présentera les caractéristiques institutionnelles (Parlement européen, Commission européenne, Conseil européen) et politiques de l’Union européenne. À partir de quelques exemples, on présentera les effets de la construction européenne sur la conduite de l’action publique.
Acquis de première : action publique.

Savoir-faire applicables aux données quantitatives et aux représentations graphiques
L’enseignement de sciences sociales et politiques doit conduire à la maîtrise de savoir-faire quantitatifs, qui ne sont pas exigés pour eux-mêmes mais pour exploiter des documents statistiques.
Calcul, lecture, interprétation
– Proportions, pourcentages de répartition
– Moyenne arithmétique simple et pondérée, médiane, écart-type
– Mesures de variation : coefficient multiplicateur, taux de variation, indices simples et pondérés
– Taux de participation électorale
– Taux de mobilisation électorale
Lecture et interprétation
– Tableaux à double entrée
– Représentations graphiques : histogrammes, diagrammes de répartition, représentation des séries chronologiques

 

facebooktwittergoogle_plusmail