articles de la même rubrique

Xavier Darcos : un ministre mal informé ou mal intentionné ?

Communiqué de Presse du 26 août 2007

Xavier Darcos : un ministre mal informé ou mal intentionné ?

- L’Association des professeurs de sciences économiques et sociales (A.P.S.E.S.) s’étonne des propos tenus par Xavier Darcos dans un entretien accordé récemment à Paris Match (jeudi 23 août 2007). Selon le Ministre de l’Education Nationale, la filière E.S. serait « sans débouché évident » et attirerait « beaucoup d’élèves qui occupent ensuite de grands amphis mais se retrouvent avec des diplômes de droit, psychologie, sociologie... sans toujours un emploi à la clef ».

- Notre ministre méconnaît-il les études et statistiques produites par ses propres services ? Cette filière, seconde filière de l’enseignement général par les effectifs qu’elle scolarise, permet comme toute autre série générale du baccalauréat, la poursuite d’études supérieures : les bacheliers E.S. sont 25% à se diriger en B.T.S., I.U.T. ou école spécialisée, 12,4% en classes préparatoires aux grandes écoles ou écoles de commerce et 62,5% à rejoindre l’université. En 2005-2006, selon les statistiques du Ministère de l’Education Nationale, 16,5% des bacheliers E.S. s’orientaient vers des études économiques, 17,5% vers les facultés de sciences humaines et sociales (dont plus des deux tiers des étudiants provenaient de filières autres que la filière E.S.), 15% vers les facultés de droit, et 11% vers les facultés de lettres et langues. Les bacheliers E.S. sont effectivement nombreux à suivre des études de droit (ou de sciences politiques) que Xavier Darcos dit "sans emploi à la clef". Cet avis est surprenant et contradictoire avec la réalité des emplois actuels et du rôle des formations juridiques pour y parvenir. Nous ne ferons pas l’inventaire des nombreux débouchés professionnels auxquels peuvent et ont pu prétendre les bacheliers E.S. qu’il s’agisse des carrières de gestion, de la vente, administratives, juridiques, de la communication ou encore des carrières paramédicales et sociales, de l’enseignement ou la fonction de Président de la République ! Nous nous contenterons de constater que les bacheliers E.S. et les études post-baccalauréat qu’ils choisissent sont parfaitement en phase avec l’évolution de la structure de l’économie et des emplois en France, à savoir les emplois du secteur tertiaire représentant plus de 70% de l’emploi total aujourd’hui.

- Quelles peuvent être alors les raisons qui motivent ces déclarations de notre nouveau Ministre de l’Education Nationale ? Notre Ministre ignore t-il ces données statistiques pour dénigrer cette filière ? Est-ce simplement une erreur d’interprétation statistique ou le signe annonciateur d’une réforme qui s’en prendrait à l’une des principales filières de l’enseignement secondaire ? Considérant que la filière E.S. participe activement à la démocratisation des études générales et assure aux élèves des perspectives diversifiées de réussite professionnelle tout en concourant efficacement à leur formation citoyenne, l’A.P.S.E.S. entend obtenir du Ministre des éclaircissements sur ses déclarations qui ont provoqué inquiétude et émoi chez les professeurs de S.E.S. A cet effet, le bureau national est prêt à rencontrer, dés les prochains jours, le Ministre de l’E.N.

- Dans le souci d’améliorer encore plus cette voie de réussite, l’A.P.S.E.S. organise un colloque consacré à la série E.S. et aux S.E.S. le 17 novembre prochain en région parisienne. Il s’agira de faire le bilan de la filière et de notre enseignement et de débattre de toutes propositions permettant de répondre encore plus à l’augmentation de la demande sociale de compréhension du monde économique et social.

Le Bureau National de l’A.P.S.E.S.

Apses.org | Association des Professeurs de Sciences Économiques et Sociales