Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/apses/www/config/ecran_securite.php on line 252
Allègement et réécriture des programmes d'histoire-géographie : Au tour des Sciences économiques et sociales ! (Communiqué de presse de l'APSES du 22 septembre 2012) - Apses
articles de la même rubrique

Allègement et réécriture des programmes d’histoire-géographie : Au tour des Sciences économiques et sociales ! (Communiqué de presse de l’APSES du 22 septembre 2012)

Communiqué de presse de l’APSES du 22 septembre 2012

Allègement et réécriture des programmes d’histoire-géographie : Au tour des Sciences économiques et sociales !

L’Association des Professeurs de Sciences Economiques et Sociales (APSES) se félicite de la décision du Ministère d’alléger en urgence le programme contesté d’histoire-géographie de première générale pour l’année scolaire en cours et, à moyen terme, de réécrire les programmes de cette discipline en lycée pour les rentrées 2013 et 2014. L’APSES demande que les programmes de Sciences Economiques et Sociales (SES) soient également concernés par une telle procédure.

Il y a aussi urgence à prendre des mesures identiques dans d’autres disciplines tout aussi maltraitées que l’histoire-géographie par les « programmes Chatel ». Actuellement, les élèves de terminale ES subissent en SES (leur discipline principale, coefficient 7 au baccalauréat) les mêmes « programmes impossibles », concoctés à la va-vite quelques semaines pour celui de première) et publiés malgré l’avis négatif du Conseil Supérieur de l’Education pour les programmes de terminale. Des programmes anti-pédagogiques qui imposent de traiter au pas de charge 180 notions en première, et autant en terminale.

Compte tenu de cet encyclopédisme qui confine à l’absurde, enseignants et élèves doivent changer toutes les 2 semaines de chapitre afin de survoler le programme dans son intégralité : ce rythme effréné ne peut permettre aux élèves d’être bien préparés au baccalauréat, d’acquérir les méthodes d’analyse, de s’approprier des mécanismes économiques et sociaux complexes, et de pouvoir sérieusement remédier à leurs lacunes, erreurs ou incompréhensions.

Par ailleurs, les nouvelles épreuves de bac en SES, beaucoup plus restitutives, aggravent ces difficultés.

L’APSES demande donc à ce que le ministère constitue au plus vite un nouveau groupe d’experts chargé de rédiger de nouveaux programmes et de nouvelles épreuves de baccalauréat, en suivant une procédure ouverte qui prenne réellement en compte les remontées des usagers des programmes. En attendant, l’APSES demande des allègements d’urgence concernant le nouveau programme de terminale afin de garantir aux élèves qui passeront le baccalauréat cette année scolaire, des conditions réalistes d’apprentissage et d’examen.

Ces demandes, plusieurs fois exprimées par les enseignants de SES, sont soutenues par de nombreux universitaires comme l’atteste la tribune parue dans Le Monde le 13 juillet dernier et signée, entre autres, par Phillipe Askenazy, Daniel Cohen, François Dubet, Françoise Héritier, Bernard Lahire, Philippe Meirieu, Thomas Piketty, Pierre Rosanvallon, …

Apses.org | Association des Professeurs de Sciences Économiques et Sociales