Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/apses/www/config/ecran_securite.php on line 252
Projet de nouveau programme de seconde : ce qui saute, ce qui s'ajoute - Apses
articles de ce dossier
articles de la même rubrique

Projet de nouveau programme de seconde : ce qui saute, ce qui s’ajoute

Par Jocelyne El Amiri


Une professeure de SES, Jocelyne El Amiri a effectué une comparaison entre les contenus du programme actuel et celui du projet. Le résultat est édifiant.

Voici la liste des thèmes ou notions qui figurent dans le programme actuel et qui disparaîtraient du futur :

- actifs / inactifs,
- emploi salarié / non salarié,
- contrat à durée indéterminée / emplois précaires,
- chômage,
- administration,
- association,
- investissement
- valeur ajoutée (et son partage entre salaire et profit)
- la famille dans sa dimension anthropologique,
- la reproduction sociale -homogamie-,
- les PCS,
- les revenus (primaire, secondaire, disponible),
- salaire,
- crédit,
- surendettement,
- organisation du travail,
- contrat de travail,
- représentation des salariés,
- conditions de travail,
- conflits,
- négociations,
- syndicats
- biens privés / biens collectifs
- pouvoir d’achat
- niveau de vie
- consommations collectives.

A l’inverse, voici les thèmes ou notions « nouveaux » qui figurent dans le projet de programme :

- élasticités (prix et revenus),
- courbes d’offre et de demande,
- coût moyen, coût marginal,
- prix d’équilibre,
- indice des prix,
- effet externe,
- incitation,
- taux d’épargne,
- rendement,
- risque,
- taux d’intérêt,
- coordination verticale/horizontale,
- communication formelle/informelle,
- déficience du marché en matière de pollution,
- capital humain,
- qualifications,
- culture de masse.

commentaires (5 messages)


  • Projet de nouveau programme de seconde : ce qui saute, ce qui s’ajoute 29 janvier 2010 11:59, par Vive les sciences sociales !

    On veut sans doute former les élèves de lycée comme de futurs chefs d’enteprise avec les préoccupations de chefs d’entreprise ou alors comme de "bons" électeurs que l’on va habituer à penser de manière désincarnée, à la manière de gestionnaires, uniquement en termes de ressources, de capital, de coûts, de pertes, de profits et de rentabilité monétaires. Quelle terrible "éradication" pédagogique ! Je note que les thèmes mis au rencart permettaient d’aborder les questions des inégalités sociales, des conditions de travail, de l’organisation du travail et de la production, des relations salariales via les corps intermédiaires (syndicats, représentants du personnel, oranisations patronales, prud’hommes, etc.), de la redistribution et donc du rôle de l’Etat et, plus généralement, celui des pouvoirs publics dans l’économie.

    Les nouveaux programmes présentent la vie économique et sociale (mais où sont les sciences sociales ?) uniquement en termes de calcul économique, comme aiment bien le faire les marginalistes. Dans quelle mesure ces programmes garantissent-ils l’accès à une pluralité d’écoles théoriques et donc à la diversité des modes de pensée ?

    Pour ma part, je crains que cette garantie soit absente.

    Répondre à ce message

  • Projet de nouveau programme de seconde : ce qui saute, ce qui s’ajoute 30 janvier 2010 13:26, par Claire

    Le nouveau programme met clairement l’accent sur les fondements de l’analyse néoclassique en fait... Et omet toutes les analyses démontrant l’absence de rationalité, de calculs coût/avantages, de certitude sur l’avenir...

    Répondre à ce message

  • Projet de nouveau programme de seconde : ce qui saute, ce qui s’ajoute 1er février 2010 13:38, par Xavier Richet

    Le nouveau programme est certainement reducteur et plus concentre sur l’analyse microeconomique, mais il reprend, sous une autre formulation, des themes qui sont traites dans l’ancien programme. Question de vocabulaire. Ce qui est inquietant, c’est la disparition de la dimension sociale et institutionnelle de cet enseignement et, bien sur, la diminution du nombre d’heures de cours pour cette matiere essentielle.

    Xavier Richet, professeur d’economie
    Department of Goverment and International Studies
    HKBU, Hong Kong, RP de Chine

    Répondre à ce message

  • Projet de nouveau programme de seconde : ce qui saute, ce qui s’ajoute 1er février 2010 16:22, par AFFIF

    on fait sauter tout ce qui permet de comprendre contradictions et crise du capitalisme contemporain, le chômage , les classes sociales , la diversité des courants de la pensée économique et on ajoute la microéconomie néoclassique ; l’analyse libérale, les soit disant apports pragmatiques, une vision étriquée et étroitement utilitariste de l’entreprise et de la gestion, en enlevant toute analyse critique, toute réflexion théorique permettant de comprendre la société contemporaine , et les crises. On omet au passage d’expliquer la financiarisation de l’économie , les causes profondes de la cris actuelle , et bien sûr toute réflexion sur des pistes de politique économique alternative

    Répondre à ce message

  • Projet de nouveau programme de seconde : ce qui saute, ce qui s’ajoute 8 février 2010 18:45, par Jean-Pierre Durand

    Ce nouveau programme est une atteinte portée aux fondements de notre République et de notre démocratie : au lieu d’élargir ou d’approfondir les capacités et les aptitudes de réflexion des élèves et futurs citoyens, il s’agit de formater leur système de réflexion en en excluant toutes les dimensions susceptibles de les conduire à se former un esprit critique. C’est véritablement une entreprise totalitaire.
    Du point de vue économique, c’est une ineptie puisque ces futurs travailleurs seront de moins en moins capables d’autonomie et de responsabilisation, donc beaucoup moins efficaces et productifs que ne l’exigent les nouvelles organisations et technologies. Sauf à penser —ce qui reste probable— que ces nouvelles organisations restent profondément tayloriennes et que les exécutants n’ont pas à penser ou à réfléchir. Auquel cas, ce serait la preuve nouvelle d’une atteinte à la citoyenneté des
    jeunes et à la démocratie, soit aussi la preuve par neuf du projet totalitaire de la droite ultra-libérale aujourd’hui au pouvoir en France (et en Europe !)

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

Apses.org | Association des Professeurs de Sciences Économiques et Sociales